L’illustre Trombone Illustré

7

Si vous ne connaissez pas le Trombone Illustré (honte à vous), cet article est fait pour vous. Si vous le connaissez (gloire à vous), cet article est fait pour vous aussi. Je ne suis pas contrariant.

trombone_spirou2026.jpg
Premier Avis mentionnant indirectement la future apparition du Trombone.

Dans les années 70, André Franquin (légende vivante) et Yvan Delporte (qui n’était plus le rédac’ chef du journal de Spirou) se sentaient frustrés par la direction de leur journal. Ils auraient aimé amener quelque chose d’autre, moins « commercial » (même si le mot n’a jamais été employé) et certains auteurs étaient du même avis. Qu’à cela ne tienne, les deux potes vont voir le grand chef et lui propose un journal « pirate » qui serait donné en supplément au journal de Spirou. Dedans il y aurait des tas d’auteurs qui travaillent ou pas chez Spirou et qui seraient totalement indépendants, l’éditeur n’aurait absolument rien à dire sur le contenu. Un journal sous marin en quelque sorte, un journal dans le journal qui se paye le luxe de réclamer son indépendance, l’un n’irait pas sans l’autre mais les deux doivent être considérés comme totalement différents… Le grand chef accepte.

« Le seul hebdomadaire clandestin offert dans un emballage cadeau »

trombone-spirou2030.jpg
Spirou n°2030

Journal de Spirou numéro 2026, un avis est publié entouré de traces de pas bleues (comme quand Gaston est apparu les premières fois dans le journal, enfin sauf qu’à l’époque c’était en noir et blanc…), il mentionne que des inconnus se sont introduits de nuit dans les locaux de la rédaction pour se servir du matériel d’imprimerie… Numéro 2027, rebelote, il est dit qu’un veilleur de nuit est posté dans les locaux. Numéro 2028, le veilleur de nuit est retrouvé complètement bourré (son bidon de café a été remplis d’alcool) et tout peinturluré. Sur son dos est écrit « Lisez le Trombone Illustré ». Numéro 2029, on soupçonne Franquin de travailler pour un autre journal clandestinement en se servant de l’imprimerie de chez Spirou. Numéro 2030, le Trombone Illustré est annoncé, il est dit qu’il sera agrafé au milieu du journal de Spirou et qu’un certains nombres d’auteurs y participent. Numéro 2031, le 17 mars 1977, le premier numéro du Trombone est publié.

trombone_spirou2027.jpg
Spirou n°2027
trombone_spirou2028.jpg
Spirou n° 2028
trombone_spirou2029.jpg
Spirou n°2029

Trombone_01.jpg
Le titre du tout premier numéro.
Il est d’un format plus grand que celui de Spirou ce qui oblige le lecteur à le dégrafer. Il fait 8 pages remplis de planches de BD, de textes amusants, de jeux, d’illustrations etc… Sur le haut de la première page est dessiné le titre du journal (un lettrage de « trombone illustré ») autour duquel gravitent tout un tas de personnages. Ce titre va contribuer à inscrire le Trombone dans la légende de la BD grâce à Franquin qui va lui donner vie. Il y a le Marsupilami, un vieux qui vit dans le premier O de « Trombone », une petite fille qui possède une plante qui pousse au fil des semaines, un type qui fume et qui va finir par en mourir, un joueur de trombone et une belle nana, deux gosses qui jouent à « toc-toc », un oiseau qui a du mal avec l’accent de « illustré », un jeune homme, l’évêque de la Mitre Railleuse et aussi un petit chien. Chaque perso est synonyme de gag sur chacun des 30 titres des 30 numéros (et oui il n’y aura eut que 30 numéros), enfin presque tout au long des 30 puisque le 24 (Spirou 2056) a été dessiné par Loup, le 26 (Spirou 2058) par Hausman, le 28 (Spirou 2060) par Jannin et le 29 (Spirou 2061) par Dany. Pour ces 4 titres les personnages de Franquin ne sont pas repris et l’effet comique est donc un peu moins présent.

Au sein de chaque canard un genre de petit édito, nommé Coup d’œil en coulisse, est écrit par un personnage que les fans de Gaston connaissent bien : Jules-de-chez-Smith-en-face. Vous imaginez de quoi ça parle et c’est à chaque fois tourné avec humour comme en témoigne le texte du numéro 1 :
Les habitués de Gaston et de ses En direct de la rédaction retrouvent aussi des nouveaux Il ne faut pas confondre… éparpillés ça et là.

Trombone_03.jpg
Titre du n°3
Trombone_05.jpg
Titre du n°5
Trombone_11.jpg
Titre du n°11
Trombone_18.jpg
Titre du n°18

Trombone_27.jpg
Titre du n°27
Delporte et Franquin prendront leur rôle de rédacteurs en chef du Trombone au sérieux en remplissant les trous, de textes pour l’un, et de dessins pour l’autre, même si les auteurs ne manquaient pas, il y en a eu 53 en tout c’est pour dire si les 8 pages hebdomadaires étaient bien encrées… Parmi eux on peut citer Claire Bretécher, Peyo, Roba, Tardi, Moebius, Bilal ou encore Gotlib. Pour ce dernier son « recrutement » est assez drôle puisqu’à l’origine il était venu à Bruxelles après avoir lancé le magazine Fluide Glacial dans le but d’embaucher des auteurs. Le recruteur était donc recruté et ça lui a plutôt souri puisque après la mort du Trombone, Franquin a choisi Fluide Glacial pour publier ses fameuses Idées Noires.

« L’hebdomadaire pirate qui vous présente l’assurance de sa parfaite considération »

censuretrombone3.jpg
Même lorsqu’ils se font censurer et que ça leur fout les nerfs, ils transforment ça en vanne en faisant passer le message.

Dès la première parution du journal il y a eu des râleurs notamment chez les rares lecteurs qui n’accrochaient pas (le Trombone Illustré a réussi à faire augmenter les ventes du journal de Spirou) ou qui trouvaient tout ça scandaleux. Delporte expliqua plus tard qu’ils ont par exemple reçu une lettre anonyme d’insultes. D’ailleurs au sujet du courrier ils précisaient bien dans chaque numéro qu’il fallait leurs écrire à la même adresse que Spirou mais en rajoutant « Trombone Illustré, dans la cave ». Plutôt drôle non ? Surtout qu’ils étaient réellement dans la cave des éditions Dupuis (qui édite le journal de Spirou), une cave qui donnait sur une cour ce qui permettait à la tripotée d’auteurs de venir à n’importe quelle heure pour rendre les dessins en retard sans passer par les bureaux.

ecrireautrombone.jpg
Même quand ils indiquaient où leur écrire il y avait une vanne.

Mais revenons à nos moutons, je parlais des râleurs, les plus grosses engueulades venaient surtout de la part de la direction chez Dupuis qui cadrait autant qu’elle pouvait les publications du Trombone malgré leur souhait d’indépendance totale. Ainsi il y eut des articles censurés ou adoucis ce qui a eu pour effet de brider la rédaction (qui ne manquait pas de partager, avec talent, leur frustration aux lecteurs). Et s’il y a un truc que les gens du Trombone ne voulaient pas c’est être bridé. Du coup arrivé au trentième numéro ils décidèrent de tout stopper, avec tristesse, plutôt que de finir par se faire formater.

deliege.jpg
Un gag de Deliège figurant au sein d’un des numéros.

Un peu après cette fermeture, l’éditeur d’une revue nommée (A SUIVRE) a recruté l’équipe du désormais ancien supplément à Spirou pour « donner un peu de légèreté ». La rubrique, car c’était une rubrique, portait le nom de Pendant ce temps à Landerneau et il est amusant de noter qu’elle refaisait vivre les personnages du titre du Trombone mais cette fois à l’intérieur d’un petit village. Ca a duré un an et ça s’est arrêté pour exactement les mêmes raisons que le Trombone.

Trombone_30.jpg
Le titre du n°30, le tout dernier.

Aujourd’hui, les nostalgiques peuvent tenter de trouver le recueil du Trombone Illustré, il est sorti en 1980 en tirage limité et regroupe la totalité des 30 numéros. Plus récemment, en 2005, est sorti un bouquin qui rassemble uniquement les titres du Trombone ce qui vaut tout de même le coup d’œil et qui se trouve surtout beaucoup plus facilement…

franquinplanche.jpg
Une chouette planche de Franquin.
tromboneillustrenumero30.jpg
La première page du tout dernier numéro du Trombone…
recueil.jpg
Le fameux recueil, introuvable et très prisé par les collectionneurs.

7 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.