Citation

Alors qu’est ce t’as fait aujourd’hui ? J’ai installé un jeu avec Steam

 

Ferrailleurs de l’Espace - Immersia

Si certains Polygamer ont connu les machines à vapeur et la fin du XIXè siècle, nous sommes tous fans au point de nous précipiter dès qu’un escape game a un thème Steampunk !

Si vous avez lu nos précédents articles sur la Mission Evolvis et le Temple Perdu de Cthulhu, vous devez maintenant savoir qu’Immersia est une de nos enseignes préférées de Paris, aux côtés de One Hour ou la Lock Academy. En plus de la qualité de leurs salles, ils ont parfaitement compris que les énigmes et les décors n’étaient plus les seuls éléments d’un Escape Game et que les GM avaient aussi un rôle très important à jouer…

Dès l’entrée en matière, cela se ressent avec une de leurs spécialités, les briefs d’introduction les plus long et passionnés du monde. Assez étrangement, alors que nous n’écoutons vraiment jamais rien lors des briefings, chez eux nous sommes rapidement captivés et presque attentifs. Une autre spécialité d’Immersia est le Role Play, ce petit plus qui transforme le jeu en une aventure immersive mémorable, pour peu que les joueurs se laissent emporter. Et justement, nous avions adoré ça quand nous étions les résistants d’Evolvis et nous sommes prêts à affronter notre GM, Vivien, ou plutôt l’étrange capitaine loufoque Vivienor.

Les ferrailleurs de l’espace

Résumer en quelques lignes la mise en place des Ferrailleurs de l’Espace est infaisable, mais il y a en vrac les Shawans, un peuple presque disparu, accompagné des Noxus, un autre peuple bien plus agressif qui leur a piqué toutes leurs avancées technologiques. Nous incarnons une équipe de navigateurs de l’espace, à moitié voleurs et receleurs, et devons accessoirement remplir une mission liée à un arbre de vie que nous oublierons dès l’entrée dans le vaisseau…

Notre navette Steampunk est de toute beauté et fait partie des décors pour lesquels nous aimerions ne pas avoir de chrono, afin d’en observer la construction et les détails. Nous entrons directement dans le poste de pilotage, une version spatialisée et modernisée du Nautilus. Au milieu du métal cuivré, des boulons, tuyaux et grilles, trônent quelques écrans qui apportent une touche de modernité aux machines à vapeur, et permettent d’avoir des vues de l’extérieur du vaisseau.

De nombreux équipements sont inactifs, et s’ils donnent un petit aperçu de la quantité d’énigmes que nous aurons à résoudre, ils ne se dévoilent pas pour autant entièrement. Une partie du poste de pilotage est en effet dédiée à la répartition de l’énergie du vaisseau et nous ne pouvons donc pas alimenter toutes les pièces et appareils simultanément pour tout étudier ! Les énigmes sont globalement fluides, agréables et dans le thème. Les mécanismes un peu fous d’Immersia sont très fun à manipuler, à tel point que nous rejouerons même à certains pendant le debrief.

Si certains joueurs pouvaient parfois reprocher une trop grande simplicité des épreuves dans Evolvis, simplicité qui permettait de laisser une place importante au Role play et aux délires des GM, les Ferrailleurs est à l’inverse beaucoup plus travaillée. Les énigmes sont plus nombreuses et plus complexes, la salle doit donc pouvoir parfaitement fonctionner sans intervention des GM, pour des joueurs moins extravertis qui ne voudraient pas endosser de rôle. Ce n’est pas notre cas, et c’est habillés de nos combinaisons et équipés de nos lunettes bizarres que nous entrons dans nos personnages. Vivienor a compris que nous aimons ça et nous réserve beaucoup de surprises, ce capitaine est complétement cinglé ! La mission part dans tous les sens, et ses interventions font que notre jeu dépasse d’une minute notre durée de survie dans le vaisseau, mais nous sortons néanmoins victorieux.

Le seul petit reproche que nous pourrions formuler sur ces Ferrailleurs concerne la fin de jeu. Si la dernière épreuve est collaborative et stressante, elle se termine un peu brutalement et nous n’avons pas à nous échapper du vaisseau. La palme de la meilleure sortie d’un Escape Game reste donc pour le moment attribuée à Evolvis.

En dehors de ce détail, cette aventure est totalement réussie et confirme une fois de plus la qualité de cette enseigne.

L’avis de Toma021

Immersia confirme son statut de meilleur escape de Paris au niveau du jeu de rôle de ses GM. Je dis "meilleur" mais dans mon coeur deux enseignes se battraient sans pouvoir se départager dans cette catégorie.

Pour le reste, Smy a plutôt bien résumé, les décors sont tops (©Smy), les énigmes sont riches et travaillées (on pense particulièrement à une que vous devez manier) et l’histoire se tient parfaitement avec un briefing qui, bien sûr, a pris un certains temps. Toute la marque de fabrique d’Immersia pour une salle réussie.

L’avis de Fylodindon

A l’époque où nous étions venus faire Cthulhu, Immersia avait cru bon de nous teaser cette salle, encore en cours de réalisation, histoire de nous mettre l’eau à la bouche. C’est donc plein d’attentes, en raison du thème mais aussi et surtout de l’enseigne, que nous avons pénétrés dans leur vaisseau steampunk plus vrai que nature. Et franchement, côté décor ils ont rempli parfaitement les conditions : C’est magnifique !

Au début, on se sent un peu perdu. Notamment à cause de l’obscurité ambiante et de tous ces symboles, incompréhensibles au premier abord. Mais, à l’aide d’une tablette et de QR Codes, nous finissons par en déchiffrer les secrets et nous avançons à bon rythme dans l’aventure, non sans nous émerveiller à chaque nouvelle étape.

A l’arrivée c’est une copie presque parfaite que nous rend Immersia : De splendides décors, des énigmes variées et originales, faisant tant appel à la réflexion qu’à la manipulation, ainsi qu’un GM à fond dans le rôle play, véritable marque de fabrique de l’enseigne qui fait, ici encore, mouche. L’omniprésence de notre capitaine et ses nombreuses irruptions dans la salle, fait que le rythme ne retombe jamais et que la bonne ambiance règne.

Mon seul regret reste la sortie : L’épreuve finale ne se fait qu’à deux, même si les autres "participent" un peu, grâce à l’ambiance mise par le GM et ses nombreuses interventions. Et surtout, l’aventure se termine par un message de fin et non par une sortie de la salle, chose qui m’a toujours dérangé. Après, je sais qu’il s’agit d’un ressentiment très personnel et que beaucoup d’autres n’y voient pas forcément d’inconvénients. Dans tous les cas, ça reste à mon sens une salle exceptionnelle, qui rate de (très) peu notre catégorie des "Incontournables" parisiennes.

L’avis de Tsokoa

D’entrée de jeu Les Ferrailleurs de l’Espace se positionne comme un Escape Game axé sur le game mastering et le roleplay avec un brief d’intro d’environ une demi-heure retraçant l’histoire de l’univers. Nous voilà donc mercenaires intergalactiques à la recherche d’un butin sur un étrange vaisseau spatial abandonné.

Ce vaisseau spatial c’est l’autre très bonne surprise avec un décor impressionnant par la taille et le niveau de détail. Les énigmes ne sont pas en reste avec des phases de jeu sans cadenas assez variées, mêlant des codes à déchiffrer, logique et des manipulations vraiment cool qui permettent de bien occuper tous les joueurs (à part peut-être la séquence de fin surtout appréciables par 2 joueurs).

Le roleplay très énergique du gamemaster vient régulièrement se rappeler à nous pour nous aider, nous mettre des bâtons dans les roues ou parfois un peu des deux à la fois. Si l’immersion à ce niveau n’est pas aussi poussée que dans Mission Evolvis, les énigmes et le décor sont ici plus travaillés, ce qui permet à Immersia de proposer une salle différente mais à nouveau d’un très haut niveau.

Le site d’Immersia

Toutes les enseignes et salles : Escape Game : Les taux de réussite

Par smy, le 9 juillet 2019

 

Ajouter un commentaire
Qui êtes-vous ?

Liste des raccourcis de mise en forme
Gras : <b>Texte</b>
Italique : <i>Texte</i>
Souligné : <u>Texte</u>
Barré : <strike>Texte</strike>
Code : <code>du code</code>
Image : <photo|lien=url de l'image>
Spoiler : <spoiler|texte=Kaiser Soze c'est Kevin Spacey>
Lien : <lien|lien=url de la page|texte=texte du lien> ou collez juste l'url
Recherche de tags ou mots-clés : <tags|texte=#nomdestags ou des mots à chercher sur le site>
Citation : <quote|auteur=nom de l'auteur cité|texte= texte de la citation>