Recherches à la con des internautesphoto comment se raser les couilles

Seule une photo de la tête de Fylodindon a été diffusée sur le site...

 

Entretien avec Marion Coville, jeu vidéo, art et culture

Commissaire d'expo adjointe sur l'Arcade Expo, Marion Coville (aka Moossye) aspire à faire du jeu vidéo son métier, mais dans le pur domaine culturel et artistique... Entretien.

Pour commencer si tu peux nous faire une rapide bio histoire que l’on te situe ça serait sympa. Qui tu es, d’où tu viens (même si une fille aussi charmante et intelligente vient forcément de Picardie), ce que tu fais etc (n’oublie pas de parler de tes activités en rapport aux jeux vidéo parce qu’on n’est pas tellement un site de philatélie).
JPEGJe suis née en 88, et j’ai la chance d’avoir un grand frère de 14 ans mon ainé passionné d’informatique. Alors j’ai rapidement squatté son ordinateur portable et ses jeux, quand j’avais 4 ou 5 ans (Prince of Persia, Day of the tentacle...).
J’ai toujours plus ou moins joué, sans que cela ait un quelconque rapport avec mes études ou mon travail, qui lui, était jusqu’ici plutôt dans le domaine de l’art contemporain (j’ai fait 3 ans aux beaux arts, puis j’ai bossé dans quelques centres d’art comme le Palais de Tokyo et Bétonsalon.) Depuis l’année dernière, je suis un cursus pro à la Sorbonne, en Métiers des Arts et de la Culture, ça m’a permis de découvrir les études culturelles et, par extension, les game studies... Et me voilà aujourd’hui à travailler sur l’exposition Arcade ! pendant que je mène des recherches sur le jeu vidéo.

Je sais que tu as récemment écrit pour les éditions Pix’ n Love également, pour Les Cahiers du Jeu Vidéo, c’est ça ?
JPEGJe ne sais plus comment j’ai eu connaissance de Pix’n Love, mais je me rappelle que le premier ouvrage acheté chez eux était Les Cahiers du Jeu Vidéo #3 : légendes urbaines. J’aime beaucoup leurs ouvrages et leur volonté de parler du jeu vidéo autrement, notamment avec les Cahiers du JV, qui proposent des articles beaucoup plus creusés, approfondis... (Et écrits par des gens passionnés par le jeu vidéo, eux même joueurs.)
J’avais beaucoup aimé l’article de Sandra-DR sur Les Sims, ou encore celui d’Antonin Bechler, sur la représentation des villes dans les RPG Japonais. Pour le 4, dont le titre est "Girl Power", j’y ai écrit un article sur Bayonetta (je suis prévisible, n’est ce pas ?).

Pas forcément, il faut d’abord savoir que tu es une grande fan de Bayonetta (ce que tout le monde sait maintenant). Je partage ton avis sur Pix’ n Love et j’en profite pour faire une annonce déguisée pour les fans de Polygamer, d’ici quelques temps quelque chose en rapport à Polygamer et Pix’ n Love va sortir et ça va être rudement bien... Toi aussi tu as hâte hein ?
Oui oui oui, une picarde est toujours impatiente.

Parlons de l’Arcade Expo pour laquelle tu as aidé son créateur, Nicolas Rosette, et pour qui tu es devenue en quelques sortes Commissaire d’Expo adjointe. Vite fait bien fait, parce que tu le feras mieux que moi, résumes aux ignares ce qu’est l’Arcade Expo et ce qu’elle cherche à montrer (promis après je vais poser de vraies questions). PS : Pour plus de détails sur l’Arcade Expo, les lecteurs n’auront qu’à visiter le site de l’arcade expo (Marion m’a juste menacé de me péter la gueule si je ne mettais pas le lien, j’sais pas si vous imaginez ce qu’une tarte dans la gueule de Picarde représente...).
JPEGL’exposition "Arcade ! Jeux vidéo et Pop Art", c’est une exposition itinérante qui propose 6 jeux vidéo issus des 10 dernières années (le plus vieux est REZ, il date de 2001), pour la plupart issus de la création indépendante. Ils sont entièrement jouables (ce ne sont pas des démos), gratuitement, sur des bornes d’arcade designées pour l’occasion par le collectif de designers Kobaye. Les jeux sont vidéo projetés, ce qui permet d’avoir un écran de jeu de plusieurs mètres de large. Disons que globalement, à travers l’expo et le site (plein d’ITW et de contrib’), nous essayons d’interroger le jeu vidéo comme bien culturel et comme domaine de création.

Ce n’est pas ton métier officiel puisque tu es encore en parallèle au stade des études mais justement l’Arcade Expo te donne quand même cette expérience de Commissaire d’Expo. Fonction que tu ambitionnes donc de remplir à terme à plein temps en la conjuguant au jeu vidéo. Quelles sont tes idées à ce sujet ? Tes ambitions ?
J’aimerais effectivement rester dans le domaine de l’art et de la culture, c’est une certitude. Etre commissaire d’exposition est un rêve que nous sommes beaucoup à avoir, mais les places sont rares. L’action culturelle est un domaine qui m’intéresse également. Mes idées à ce sujet, c’est qu’il faut dépasser l’idée d’une culture unique et élitiste, qui se résume souvent à une culture dite "savante" ou "légitime". Le jeu vidéo par exemple est encore rarement exposé, ou alors ce sont des artistes qui font une référence à ce domaine en l’utilisant comme matière première. Mais cela n’est qu’un exemple et je pense que l’on peut retrouver ça pour de nombreux autres domaines. Pour résumer, soyons un peu extrême et plein de stéréotypes : pour moi l’art et la culture, ça n’est pas que des classiques de la littérature et de la peinture. Je les aime aussi ces classiques, mais, ce qui, à mon sens, caractérise « la » culture, c’est justement qu’elle est plurielle (Michel de Certeau est ton ami.)

Justement, la création d’un jeu vidéo regroupe une foule de métiers, est-ce que tu penses que l’on peut exposer aussi facilement sur un jeu vidéo complet en lui-même, sur l’œuvre complète que représente un jeu vidéo, que sur un métier précis du jeu vidéo (concept artist par exemple qui se prête bien à l’exposition de tableaux) ?
Pour moi le plus important, c’est de ne jamais oublier que le jeu vidéo, même si on l’expose pour rappeler que c’est AUSSI un domaine de création et/ou un bien culturel, c’est avant tout un jeu. Ca parait con dit comme ça, j’ai l’impression d’enfoncer des portes ouvertes, mais en réalité, je pense que ça détermine une partie des conditions d’exposition. Exposer des jeux auxquels on ne pourrait pas jouer, je trouve que c’est perdre tout un pan du jeu, et c’est limiter son appréhension.

Mais sans exposer un jeu auquel on ne peut pas jouer, on peut par exemple exposer toute une série de tableaux, de recherches graphiques qui ont été faites pour un jeu. Exposer des artworks. C’est certainement assez simpliste comme concept tu me diras, mais des expositions de ce genre restent assez rares. Qu’en penses-tu ?
Je suis un peu embêtée car j’imagine que tu me parles de l’expo Assassin’s Creed... Que je n’ai pas eu le temps de voir, honte à moi ! Quelque part, c’est aussi ce qu’on fait avec le site internet d’Arcade, où l’on interview de nombreux game designers pour en apprendre plus sur leur manière de créer, leurs références, leurs sources d’inspiration (au sein du jeu vidéo, comme ailleurs)... Attention, instant slogan : "Montrer le processus de création, c’est important". Ca réinscrit le jeu dans un contexte créatif, et pas seulement économique et industriel.

JPEGNon non pas forcément pour l’expo Assassin’s Creed, dans les Festival de jeu il arrive qu’il y ait un coin avec une petite expo, au dernier FJV (très nul mais c’est pas la question) par exemple il y avait de petites expo sur Half-Life 2 et Gray Matter (si j’ai bonne mémoire). C’était « juste » des artworks.
Difficile de parler d’expositions que l’on n’a pas vues ! Comme je te disais plus haut, montrer les processus de création me paraît être quelque chose d’important , cependant, si ce ne sont « que » des artworks, il faut aussi se demander ce que l’on apporte de plus en les exposant (comparé à un livre d’artworks, par exemple.) : y a-t-il d’autres documents présentés ? Cela pourrait être intéressant de mettre en regard les artworks avec d’autres documents présentant des références, des inspirations que peuvent avoir utilisé les game designer (consciemment ou non), ou encore de montrer comment chaque créateur organise sa pensée, ses recherches... La mise en valeur de ce contexte créatif permet de mettre en évidence tout un travail de recherche, de réflexion qui permet la création de chaque jeu, sans pour autant sauter aux yeux dès que l’on a la manette en main.
Enfin, comme je te l’ai dit, je n’ai pas vu les expositions en question, c’est donc difficile d’en parler, mais je pense que l’intérêt d’une exposition ne réside pas seulement dans un accrochage d’images, et c’est là que réside le travail du commissaire, qui doit sélectionner différents documents, réfléchir à leur agencement, au discours qui les accompagne, pour apporter un nouveau regard ou, du moins, des pistes de réflexions....

Admettons que je sois milliardaire, je te fais Commissaire d’Expo dans une galerie de renom. Ce que tu souhaites montrer ce serait quoi alors ? Une série de jeux vidéo qui peuvent rentrer dans un thème précis, jouables, et qui montrent un côté artistique ?
C’est en tout cas ce qui a été fait pour arcade, où différents critères rentrent en compte :
JPEGDéjà, le fait de choisir des jeux qui puissent être jouables assez rapidement, et donc, plutôt de type Arcade. Shadow of the Colossus par exemple, sur un grand écran, ça doit être formidable, mais il est difficile de proposer un titre qui nécessite plusieurs heures de jeu pour se dévoiler. Après il y a des critères visuels : tous les jeux sont sur fond noir, avec des couleurs très vives, ils rappellent une certaines esthétique d’une vingtaine d’année, liée, entre autre, à l’informatique. Chacun possède également un rapport très fort à la musique.
Bon, je ne vais te retracer tout le processus qui a permis de choisir les jeux exposés, mais voici quelques exemples qui permettent de comprendre un petit peu que, définir un thème est important, c’est ce qui permet, à mon avis, de pouvoir créer des ponts entre tel et tel jeu ou tel et tel pan de la culture. Mais après, je serais tentée de te répondre que les thèmes peuvent être infinis compte tenu du nombre de jeux qui existent.

J’imagine qu’il y a un critère de "poésie" également ? Comment est-il déterminé ?

Poétique, peut être pas tant que ça. En tout cas, il y a une question qu’il faut se poser, c’est : "si j’expose des jeux que l’on peut déjà trouver dans le commerce, alors, qu’est ce que j’apporte de plus ?". Pour Arcade, c’est le rapport physique au jeu qui est modifié par la présence des bornes et des vidéo projecteurs grand angle : le joueur est debout, face à un écran de jeu si grand qu’il ne peut tout observer d’un coup d’œil, il n’a pas de pad entre les mains, mais un « panneau de commandes ». Pour l’avoir testé (bien sur !) et avoir observé les visiteurs, je peux te dire qu’il y a une immersion vraiment importante dans chaque jeu.

Et toi, tout à fait personnellement, tu aspires à poursuivre cette idée si tu parviens à devenir Commissaire d’Expo ?
Oui, et pas seulement avec le domaine des jeux vidéo, je pense que l’on pourrait étendre cette idée aux pratiques numériques en général. Des lieux et des collectifs repensent déjà cette question, comme le festival Mal au Pixel, la galerie Ars Longa, le /tmp/lab/... J’organise une conférence sur la question fin mars, mais pour l’instant je ne peux pas encore trop parler de l’événement ou du lieu…

Tu m’en reparleras je ne manquerai pas de relayer !
Cool !

GIFJe suis malheureusement beaucoup plus limité que toi concernant la culture au sens "noble" du terme, je n’ai pas fait d’études dans le domaine, je m’arrête aux grands classiques type mouvement impressionniste et compagnie, mais est-ce qu’il y a selon toi vraiment suffisamment de thèmes du genre pour coller aux jeux vidéo ? J’ai du mal à m’imaginer qu’il y ait tant de jeux vidéo que ça qui soient exposables selon les critères cités. Malgré un nombre incalculable de jeux. Je t’en prie, fais moi mal, contredis moi en m’instruisant.
Alors comment ne pas faire une réponse trop brouillon… Disons qu’en fait les expos "par mouvement artistique" ça marche plutôt pour "l’art passé", mais finalement aujourd’hui, je n’ai pas l’impression que le travail des commissaires d’exposition soit si différent de ce que je citais plus haut : ils exposent la jeune création en cherchant eux mêmes les ponts à faire entre tel et tel artiste, en choisissant un thème commun... L’année dernière au Plateau (à Paris), il y avait une expo qui s’appelait "La Planète des signes", elle avait été conçue par Guillaume Désanges. Tu pouvais y trouver de l’art contemporain, de l’art "plus ancien", des affiches d’act up...

D’accord donc je me trompe complètement en cherchant à faire un parallèle obligatoire avec l’art passé. Ton ambition est beaucoup plus avant-gardiste, montrer que le jeu vidéo peut être artistique tout en restant ludique, et sans forcément le prouver par similitudes avec autres mouvements, mais bel et bien par les jeux en eux-mêmes.
Bon avant-gardiste, c’est gentil de me lancer des fleurs mais n’exagérons pas trop. J’ai l’impression que cette situation, où le jeu vidéo est diabolisé ou vu comme un loisir infantilisant est avant tout Française. Je me trompe peut être, mais il suffit de regarder le nombre d’ouvrages de game studies publiés et de compter le nombre de traductions françaises... c’est assez surprenant. Mais je ne connais pas suffisamment les autres pays ni les autres cultures pour affirmer cette simple hypothèse.

C’était une façon de parler, étant totalement étranger à ce milieu qu’est l’art, je corresponds sans doute au cliché que tu employais tout à l’heure qui voit le milieu comme vieillot et réfractaire à ce qui est populaire, comme le jeu vidéo. Alors que je considère moi-même le jeu vidéo comme quelque chose de culturel et de "profond" (évidemment).
C’est bien mon petit, je suis fière de toi. D’ailleurs, je viens de voir que le Théâtre National de Chaillot organise une conférence le 22 janvier intitulée « Le Savant et Le Populaire », avec André Rouillé et Olivier Donnat. Je ne sais pas ce quel angle va être adopté, mais je suis curieuse de le découvrir.

JPEGMerci. Pour conclure cet entretien, il n’y a pas très longtemps nous avons eu une discussion ensemble sur la critique de jeu vidéo que les sites dédiés pratiquent, j’aimerais qu’on revienne dessus. Ils ont tous (en ce qui concerne les sites importants) une approche technique du jeu vidéo. Moins une critique qu’un test plus exactement, ils testent un jeu comme on testerait un produit électroménager en décortiquant chaque aspect et en donnant un verdict final noté. De ton côté j’ai pu lire sur ton blog une critique de Bayonetta qui parle « simplement » des références culturelles que le jeu t’as renvoyé et même brièvement de la place du personnage par rapport à la condition de la femme dans le jeu vidéo. Ca se rapproche d’une critique d’Art à vrai dire. Alors que les sites « influents » dédiés au jeu vidéo sont généralement les premiers à défendre sa cause, en le revendiquant comme véritable média culturel, artistique, référencé au sens large, est-ce qu’il n’y a pas quelque chose qui cloche, un décalage, entre leur discours sur le jeu vidéo et leur façon de le traiter dans leurs écrits ?
Et bien écoute, bien sur que j’aimerais lire des critiques de jeu comme il existe des critiques de films, d’expositions, de livres... Je pense d’ailleurs que ça existe, il n’y a qu’à reprendre l’exemple de Pix’n Love. Mais quand tu prends mon article sur Bayonetta par exemple. En plus des 20h passées sur le jeu avant de me mettre à écrire, il m’a fallu 2 ou 3 semaines de lectures et de rédaction pour accoucher des 10 000 signes de l’article, qui au final ne comporte aucune notation ni opinion argumentée sur la qualité du jeu et son gameplay. Alors, forcément, si mon activité était d’écrire des critiques de jeux, mon rendement serait assez faible et la question « Mais t’as aimé alors ou pas ? » serait récurrente. Mais bon, je trouve que cela change de plus en plus tout de même, non ? On peut par exemple parler de la rubrique du Journal du Geek (intitulée « Culture Geek ») et alimentée par Pia, elle n’est pas forcément axée sur le jeu vidéo, mais sur une culture plus large (livres, séries, mangas, BD...), un réel plaisir à lire. Bref, dans tous les cas, quand je lis un test de jeu vidéo, j’y trouve assez peu mon compte, et je n’ai pas forcément de plaisir à le lire. Je préfère largement les articles et dossiers qui parlent des références que l’on trouve dans le jeu, de la narration, du gameplay et de la manière dont on l’appréhende...

Je pense que ta réponse résume parfaitement la situation sur ce qu’est la critique de jeux actuellement, même si je ne suis pas spécialement d’accord avec le constat de « changement » (qui vient doucement certes). Les principaux sites de critiques restent malgré tout ancrés dans le même schéma. Le reste, journal du geek etc est plus "hors sujet". Je rêve d’un site dédié exclusivement aux jeux vidéo et qui soit réellement culturel (ce n’est pas notre démarche sur Polygamer au passage, plus ancré dans la blague qu’autre chose). Bref, merci à toi !
Brulons tout. You’re welcome

Par K.mizol, le 17 janvier 2011

 
Avatar de Moossye

Dis donc, tu me flattes avec le titre de cette ITW ! Je crois que le terme le plus exact serait "Padawan" du Commissaire d’expo. ;)

Moossye, le 17 janvier 2011 à 17h03
Avatar de K.mi

Ouais mais j’veux un Interlude Nichons donc je met toutes les chances de mon côté :D (Non, ne sois pas si modeste, je voulais t’interviewer à ce sujet parce que tu es qualifiée pour et que tu as une certaine expérience dans le domaine, la preuve avec tes réponses, qu’est-ce tu crois je vais pas interviewer n’importe qui ! Et puis je voulais t’interviewer pour que tout Twitter relaye l’interview (ça me fait halluciner, pour les interviews de David Cage, Chris Avellone, Ron Gilbert, Eric Viennot etc tout le monde s’en foutait sur Twitter :D)

K.mi, le 17 janvier 2011 à 17h15
Avatar de mopi

chouette interview (ouais les autres c’est intéressant, mais je comprend pas la moitié). Ha et j’ai laissé un commentaire sur la critique de Bayonetta, parce qu’elle m’a beaucoup plue :)

mopi, le 17 janvier 2011 à 18h16
Avatar de Stun

Je vais réagir essentiellement sur la première et deuxième question de la page 3 traitant du contenu des expositions sur les jeux vidéo. Marion répond très justement "Montrer le processus de création, c’est important".

Et je ne peux qu’approuver cette idée, par ce que soyons honnête la plus part des artworks montrés lors de ce type d’expositions sont en fait des illustrations destinées à la communication et non au développement du jeu.
Elles sont en général faites après coup ou dans la dernière phase de production, c’est logique et compréhensif, c’est ce qu’il y a de plus sexy et ce qui attire le public.

Cependant il me paraîtrait beaucoup plus pertinent de montrer par exemple les prototypes de gameplay qui ont servis au développement du jeu. On verrait alors les différentes approches et axes qui ont été étudiés, testés, rejetés.

Et croyez moi la plus part des gens seraient surpris/frustrés de voir les approches qui ont été étudiées et killées par manque de moyen ou par refus de l’éditeur.

Si je parle de ça c’est avant tout à cause de mon expérience personnelle, je suis graphiste dans les jeux vidéo depuis 4 ans, je travaille sur mon 3eme gros jeux, et ça ne loupe pas, à chaque fois que mes potes testent un jeu sur lequel j’ai bossé, ils me sortent la phrase magique :
"ouai c’est sympa mais vous auriez du faire ça comme ça ou comme ça, ça aurait claqué vachement plus !"
99% du temps je leurs réponds que leur idée de génie ont l’a déjà eu, testé et qu’elle à été refusé pour x raison.

Je m’écarte du sujet mais je pense que c’est la qu’une exposition pertinente a lieu d’être, et je suis persuadé que ça intéresse les gens, quand j’annonce mon métier en soirées j’en passe en général une bonne partie à alors expliquer le processus de production d’un jeu, les questions sont toujours les mêmes, comment vous faites ? vous commencez par un scénario ? D’abord du gameplay ? ah bon, 3 ans pour faire un jeu ? mais vous faites quoi ?

Toutes ces questions aux quelles une exposition centrée autour de quelques artworks ne répond absolument pas.

Je suis graphiste, moi aussi j’adore voir de jolies images mais il y a des choses bien plus intéressantes que ça à montrer.
Est ce que les gros éditeurs seraient prés à suivre et montrer les prototypes refusés ? je n’y crois pas trop par contre, il faut surement chercher du coté de la scène indépendante, mais à mon avis ça vaut le coup d’essayer.

Pour finir sur le débat autour de l’approche de la critique que vous avez eu, je suis évidemment complètement favorable à un angle analytique artistique comme marion à pu le faire pour bayonetta, mais clairement ça ne peut s’appliquer qu’a une poignée restreinte de jeux et surtout toucher un public encore très limité.

C’est malheureux, et croyez moi on le regrette mais si jv.com est plus connu que polygamer il y à bien une raison, la tune. Notre éditeur nous le rabâche suffisamment, le but d’un jeu est avant tout commercial maintenant, on fait du mainstream, il faut que ça plaise, ne pas perturber le joueur, rare sont ceux qui osent et réussissent, heureusement pour nous il y en a encore quelques’ un.

Stun, le 17 janvier 2011 à 19h03
Avatar de K.mi

Je trouve l’idée d’expo sur un projet de A à Z avec tous les proto refusés etc excellente. Pour l’expo sur les artworks ça m’intéresserait aussi, dans une optique différente c’est sûr, même pour des travaux post développement.

Après sinon on touche quelque chose d’autre et de "central" sur le jeu vidéo depuis qu’il est une vraie industrie : l’argent. Mais c’est un autre débat. Le cinéma vit le même truc depuis des dizaines d’années, et s’en est pas trop mal sorti, j’espère que le jeu arrivera à être aussi varié un jour.

K.mi, le 17 janvier 2011 à 20h45
Avatar de Nachcar

Ouais une expo du genre serait franchement sympa et super intéressante !
En tout cas on n’est pas prêt de voir un gros studio prendre des risques en pondant un truc original. A la limite un petit jeu sur le XBLA/PSN de temps en temps mais autant ne pas prendre de risque et continuer à nous vendre une recette qui marche.
A la limite c’est peut-être du coté du Japon qu’il faut se tourner si on veut des trucs un peu originaux.

Nachcar, le 18 janvier 2011 à 11h59
Avatar de K.mi

Si, ça peut arriver genre Quantic Dream (on peut dire ce qu’on veut mais ils prennent des risques) mais c’est clair que c’est super rare. Le Japon c’est un peu pareil, les gros studio font du classique, les plus petits font des trucs fous (Deadly Premonition par exemple, en critique vendredi :D). Pour revenir sur l’expo avec des proto etc, déjà rien qu’un journal écrit avec les différentes étapes réellement décrites sans rien cacher, on ne l’a jamais eu. C’est vraiment dommage.

K.mi, le 18 janvier 2011 à 12h05
Avatar de Tsokoa

Un des problemes pour parler "d’art vidéoludique" ca reste quand meme que c’est une forme d’expression plus difficile à comprendre pour le grand public qu’une oeuvre purement visuelle ou sonore qu’il suffit de voir ou d’ecouter (meme si ca ne suffit pas forcément pour integrer toute la profondeur ou l’interet de ces oeuvres non plus). On peut juste montrer des artworks par exemple mais ca n’englobe pas pour moi ce qui fait un jeu vidéo dont l’interet artistique est aussi le rendu in-game et meme in-gameplay de tous ses éléments.

Du coup il faudrait peut etre des expos plus didactiques qui expliquent les influences, le travail de base et le rendu jeu aux visiteurs pour voir qu’un jeu vidéo ca peut etre de l’art pas juste parce qu’il y a de beaux artworks, mais aussi par son interactivité et son gameplay.

Pour cela mettre des bornes jouables c’est déjà bien, mais je ne suis pas sur que ca suffise à montrer toute l’essence du jeu en juste quelques minutes.

Tsokoa, le 18 janvier 2011 à 18h08

Ajouter un commentaire
Qui êtes-vous ? (optionnel)

Vous pouvez également vous inscrire sur le site pour vous connecter plus facilement.

Liste des raccourcis de mise en forme
Gras : <b>Texte</b>
Italique : <i>Texte</i>
Souligné : <u>Texte</u>
Barré : <strike>Texte</strike>
Code : <code>du code</code>
Image : <photo|lien=url de l'image>
Spoiler : <spoiler|texte=Kaiser Soze c'est Kevin Spacey>
Lien : <lien|lien=url de la page|texte=texte du lien> ou collez juste l'url
Recherche de tags ou mots-clés : <tags|texte=#nomdestags ou des mots à chercher sur le site>
Citation : <quote|auteur=nom de l'auteur cité|texte= texte de la citation>