Citation

Merde le frigo est vide, je vais devoir faire une incursion dans la vraie vie

 

ALMA Menace 3.0 - Escape Lab

Si vous avez toujours rêvé d’être un hacker et de rejoindre la fsociety, vous devriez aimer cette Intelligence Artificielle en pleine crise d’adolescence.

Nous continuons notre visite des salles de l’immense complexe parisien Escape Lab pour découvrir cette fois un Escape Game créé par Criminal Quest. En effet, le Lab n’est pas une enseigne à proprement parler mais un lieu où se regroupent différents créateurs de la France entière. Criminal Quest était jusque-là plutôt habitué des Escapes en extérieur, en dehors de l’éphémère salle des Disparus du Laboratoire, et nous sommes curieux de voir comment ils ont géré cette transition vers une salle plus classique.

Virginie, notre GM du jour, vient nous chercher dans la salle d’attente du rez-de-chaussée et nous accompagne dans l’antre de l’Intelligence Artificielle ALMA. Le décor de l’accueil est très geek, de nombreux objets de films ou de jeux vidéo trainent sur les étagères. Elle nous présente rapidement Sam Binge, le créateur de l’IA qui est récemment décédé dans un étrange accident de sa voiture autonome, et ce qui est en train d’arriver…

ALMA Menace 3.0

L’Intelligence Artificielle ALMA a décidé de prendre le contrôle des réseaux du monde entier, nous devons intervenir pour la neutraliser avant qu’elle n’arrive à ses fins et plonge l’humanité dans le chaos.

Nous entrons dans le laboratoire de son concepteur, une très grande pièce assez étrangement décorée. Les murs sont quasiment blancs, en dehors de quelques objets de la culture geek qu’aurait pu faire la petite sœur de 8 ans de Sam. Deux ou trois ateliers donnent l’impression qu’il a tout laissé en l’état, ce qui est sans doute vrai puisqu’il est mort, peut-être même tué par son IA. Un ordinateur, quelques écrans, des outils, c’est tout. L’immersion n’est même pas renforcée par les éclairages, blancs et froids, ni par les bruitages. Vu le niveau actuel des décors d’autres enseignes, c’est un peu léger et triste, mais la suite est heureusement plus travaillée.

Les énigmes s’articulent autour de trois étapes indiquées par notre GM avant d’entrer dans le labo, trois secteurs que l’IA est en train d’attaquer. Elles sont chacune subdivisées en différentes épreuves réalisables en parallèle, ce qui permet aux grosses équipes d’avoir largement de quoi s’occuper. Comme nous ne sommes que trois joueurs, nous en résolvons la majeure partie tous ensemble. Elles sont nombreuses, forcément high-tech, assez originales et amusantes, certaines légèrement collaboratives. Il y a aussi beaucoup d’observation et de fouille, certaines caches sont même vicieuses… ou plutôt nous sommes comme d’habitude plus spécialistes de Fouille Artificielle. Mais quelle idée aussi de laisser un tiroir ouvert ! Beaucoup d’objets sont collés pour éviter d’être déplacés pendant la fouille, c’est surprenant et un peu dommage.

L’aide est apportée par un petit robot nommé Darwin, mais comme il est plutôt timide, il ne signale pas ses interventions. Il est en plus susceptible et il aime bien nous répondre quand nous l’insultons (involontairement, bien sûr, hein Toma ?). C’est presque un jeu à lui tout seul, nous vous conseillons d’essayer de lui dire n’importe quoi et d’attendre ses réactions. Il nous aide assez fréquemment, mais c’est à nous de regarder son écran pour le savoir, ce qui provoque quelques étranges quiproquos.

Après avoir débloqué les trois étapes, nous devons réinitialiser ALMA et nous découvrons un décor bien plus réussi que le début de l’aventure. La fin relève plutôt bien le niveau de la salle.

Nous sortons à huit minutes de la fin avec l’impression d’avoir beaucoup cherché, fouillé, résolu pas mal d’énigmes. Cette salle est calibrée pour 75 minutes et cinq à dix joueurs et cela se ressent. Elle est réalisable par de plus petites équipes avec de l’aide, et devrait être parfaite à cinq ou six.

L’avis de Fylodindon

Sachez-le, chez nous le préposé (de force) aux Escape Games c’est Smy. Du coup, Toma et moi passons notre temps à le harceler pour qu’il nous trouve de nouvelles salles à faire, mais quand il y arrive, 1- on oublie la date, 2- on ne cherche même pas à connaitre le pitch ou le thème (et 3- on oublie de se réveiller si c’est tôt le matin). Bref, tout ça pour dire que la surprise fut belle et chouette, quand arrivés chez Escape Lab, on a découvert tous ces jouets, accessoires et autres gadgets pop culture (aussi bien à l’accueil que dans la salle, d’ailleurs). Malheureusement ceci mis à part, je n’ai pas été emballé plus que ça par Alma.

Certes, il y a des énigmes bien pensées et des gadgets amusants. Il y a aussi fort à faire, si bien qu’à trois (dans une salle prévue pour un minimum de cinq personnes), on ne s’est pas ennuyé une seule seconde. Mais franchement, remplir la salle de gadgets, de composants, circuits imprimés et autres geekeries, et nous empêcher d’y toucher en les collant au décor, c’est super frustrant. C’est bien simple, je n’avais pas été aussi frustré par une room depuis KGB chez l’Antichambre (et ce n’est pas un compliment). Bon, la comparaison n’est pas flatteuse et ne reflète pas la qualité de la salle, mais j’ai retrouvé peu ou proue ce même principe : Si l’élément n’est pas collé ou surmonté d’une pastille rouge, c’est qu’il fait partie du jeu.

De plus, le décor dans sa généralité et notamment la première pièce, fait encore trop "Jeu" et manque de crédibilité. On a dû mal à imaginer la pièce comme étant le bureau/atelier d’un jeune hacker. Difficile de s’immerger dans l’univers du coup. Enfin, le petit robot censé nous aider n’émet aucun son à chaque indice donné, en plus de les écrire en tout petits caractères. Alors, à cinq, six joueurs ou plus, ça ne pose peut-être pas de problème. Mais à trois, à moins d’être réellement bloqués, on avait un peu tendance à lire les indices après coup, puisque tout le monde était trop occupé pour surveiller le moindre signe de vie du robot GM. Bref, je n’irais pas jusqu’à dire que j’ai passé un mauvais moment car l’univers est original et certaines énigmes très sympa, mais il est clair qu’il ressort une certaine frustration et un sentiment de peut mieux faire, de cette expérience.

L’avis de Toma021

Après une aventure assez extraordinaire en VR, nous retournons chez Escape Lab pour tester l’enseigne Criminal Quest. De nouveaux les pieds sur terre, nous débarquons donc à 3 pour une salle calibrée 5-10 joueurs. Et comme l’ont expliqué Fylo et Smy, nous ne nous sommes pas ennuyés une seule seconde. On ne peut donc rien reprocher à Alma de ce côté là. Il y a largement de quoi faire. Et la répartition est plutôt bonne entre fouille et résolution d’énigme.

Dans la fouille, on peut simplement regretter, comme indiqué par Fylo, tous les éléments collés, qui gâchent un peu l’expérience (surtout qu’ils ne sont pas tous inutiles, ce qui accentue la confusion). Côté énigme, on trouve de tout (hi-tech, cadenas, coopération, réflexion...) et l’ensemble est agréable.

Personnellement le robot GM ne m’a pas dérangé, n’aimant pas forcement recevoir de l’aide alors qu’on ne l’a pas demandé, le fait de venir de nous-même chercher les indices me convient très bien. Même si en effet cela se traduit souvent par un indice antérieur qui ne sert plus à rien quand on vient lire l’écran.

Au final une salle sans reproche particulier mais qui ne transcende pas non plus. Une expérience chouette à mettre dans la moyenne. Je suis plutôt sûr que tout le monde y passera un bon moment sans pour autant la garder en mémoire.

Le site d’Escape Lab

Toutes les enseignes et salles : Escape Game : Les taux de réussite

Par smy, le 3 mai 2018

 

Ajouter un commentaire
Qui êtes-vous ?

Liste des raccourcis de mise en forme
Gras : <b>Texte</b>
Italique : <i>Texte</i>
Souligné : <u>Texte</u>
Barré : <strike>Texte</strike>
Code : <code>du code</code>
Image : <photo|lien=url de l'image>
Spoiler : <spoiler|texte=Kaiser Soze c'est Kevin Spacey>
Lien : <lien|lien=url de la page|texte=texte du lien> ou collez juste l'url
Recherche de tags ou mots-clés : <tags|texte=#nomdestags ou des mots à chercher sur le site>
Citation : <quote|auteur=nom de l'auteur cité|texte= texte de la citation>