Sega Superstars Tennis en test slicé

0

Sur les bases de Virtua Tennis 3, Sega nous offre un jeu de tennis entre hommage à ses classiques et party game à la Nintendo.

Virtua Tennis 3.5

Ex-constructeur de premier ordre, éditeur mythique, Sega peut se vanter d’avoir marqué au feutre indélébile l’esprit de tous les joueurs ayant un tant soit peu de culture vidéoludique. Armé de licences inoubliables (De Space Harrier à Sonic, en passant par Outrun, Golden Axe ou encore Jet Set Radio), l’éditeur japonais nous propose de remonter le court de l’histoire pour reprendre à la volée, la renommée de Virtua Tennis 3 avant qu’elle n’ait pu rebondir, et placer quelques uns de ces classiques dont lui seul à la secret. Car derrière un titre aux forts accents de Mario Power Tennis, le titre de Sega offre une seconde lecture aux nostalgiques de la grande époque.

001-42.jpg002-37.jpg003-36.jpg

En effet, pour l’essentiel, Sega Superstars Tennis est un Virtua Tennis 3 où les Federer et autres Sharapova ont été remplacé par Sonic ou Ulalala. Les mécanismes du jeu ont très peu changé, même si la maniabilité à quatre boutons passe ici à deux, avec combinaisons pour effectuer amortis ou lobs. La seule véritable différence tient dans le Superstars Move que chaque personnage possède et qui rend ce jeu de tennis un peu farfelu. En accumulant des points, les joueurs remplissent leur jauge superstars qui, une fois déclenchée, donnent des trajectoires fantasques aux balles, ou déclenchent divers événements tout autant incensés sur le court ; donnait ainsi un avantage certain à son utilisateur.

Minimum syndical

Sur les bases d’un simple jeu de tennis s’axant sur le potentiel fun d’un party game, il faut reconnaitre que Sega Superstars Tennis souffre d’un manque d’extravagance. La partie tennis pu rempli parfaitement son contrat bien sûr, puisqu’il s’agit ni plus ni moins que de l’excellent Virtua Tennis 3. Mais voilà, un simple coup spécial par personnage c’est bien trop peu pour se démarquer de son modèle et ne pas nous laisser cet arrière goût amer de doublon. Pourquoi les développeurs se sont-ils refusés à pousser le délire un peu plus loin ? Pourquoi ne pas avoir ajouté de nombreux bonus sur et hors court par exemple ? Pourquoi les différents terrains de jeu, tous basés sur l’univers d’un classique de chez Sega, n’offrent-ils pas d’avantage de distinctions ; un peu à l’instar d’une table de flipper ? Bref, de ce coté là, Sega Superstars Tennis se contente du minimum quand il y avait tant à faire. Mais derrière le jeu de tennis se cache une véritable mine d’or : Le Planet Superstars !

004-36.jpg005-35.jpg006-34.jpg

Ce mode de jeu n’est autre qu’un gigantesque party game composé d’une centaine de mini-jeux en rapport plus ou moins lointain avec le tennis. Reprenant ainsi les principes initiés par les épreuves d’entrainement de Virtua Tennis, ce mode est l’occasion pour Sega de sortir une batterie impressionnante de licences devenues cultes. Alors les plus enclins à la critique brandiront l’absence de quelques légendes type Virtua Fighter ou Shenmue, mais est-ce vraiment nécessaire lorsque les classiques revisités ici ne sont autres qu’Outrun, Afterburner, Space Harrier, Space Chanel 5, Sonic the Hedgehog, Curien Mansion, Virtua Cop, Golden Axe, Puyo Pop Fever, Chu Chu Rocket, Samba de Amigo, Monkeyball ou Jet Set Radio ?

Copier/Coller Online

Reste le mode online, qui là encore reprend les principes instaurés par Virtua Tennis en son temps, avec matchs, tournois ou même TV pour visionner les matchs des meilleurs joueurs de la planète. Il faut reconnaitre qu’il est assez complet et tourne parfaitement bien, sans aucun temps de latence ; ce qui me semble essentiel pour un confort de jeu optimal. Malheureusement, tous les mini-jeux jouables jusqu’à quatre en local sur la même console ne s’exportent pas sur le online. Dès lors, on se retrouve à nouveau avec un simple copier/coller de VT3. C’est d’ailleurs un peu le sentiment qui règne de manière générale dès qu’on se focalise sur la partie « tennis » du titre.

007-35.jpg008-31.jpg009-30.jpg

Sega Superstars Tennis vaut donc le coup pour toute la partie mini-jeux particulièrement réussie ; véritable hommage aux gamers nostalgiques avec ses nombreuses licences aux courts spécialement dédiés et aux musiques originales reprises. Si vous ne possédez pas Virtua Tennis 3, ce nouveau titre de Sega devrait donc entièrement vous satisfaire, mais dans le cas contraire il pourrait paraitre beaucoup trop juste en termes d’innovations. On espère donc d’avantage de prise de risque dans le cas d’une éventuelle suite…

En ne se démarquant pas suffisamment de son modèle, Virtua Tennis 3, Sega Superstars Tennis perd considérablement de l’intérêt en mode match. Par contre, les mini-jeux sont vraiment fun et sont un véritable hommage aux classiques de l’éditeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.