Pourquoi je boycotte Fifa cette année ?

8

Chaque année à la même époque, la critique du nouveau Fifa tombe sur Polygamer. Cette année on va (sans doute) passer notre tour.

001-933.jpg
A gauche, les joueurs. A droite, EA
Chaque année, je vous rappelle qu’il s’agit de la référence en matière de simulation de foot, tout en pointant du doigt le manque de nouveautés, la surabondance de bugs récurrents d’année en année, ainsi que l’amateurisme affligeant d’EASports qui se passe d’alpha et bêta testeurs, voire même de développeurs j’ai l’impression. L’équipe marketing suffit. Cette année en tout cas, c’en est trop ! Abonné au service EA Access, j’ai pu tester le millésime 2015\2016 dans sa version finale pendant une petite dizaine d’heures. Pas suffisant pour pondre une vraie critique digne de ce nom, mais assez pour en sortir dégoutté, écoeuré par l’attitude toujours plus nauséabonde d’Electronic Arts.
Car ne croyez pas ce qu’on essaie de vous vendre dans les rédactions pro, elles sont indirectement payées pour arrondir les angles des gros jeux lorsqu’ils sont mauvais (je le sais, je l’ai vécu quand j’étais pro) : Il n’y a aucune nouveautés dans ce Fifa 16. Alors oui, le gameplay est un peu plus orienté « milieu de terrain », oui les défenseurs sont plus efficaces, mais après dix / vingt matchs, on recommence à pester après ces mêmes défauts qui nous enrageaient les années passées : des directions de passes différentes de l’orientation du stick, un arbitrage pro IA, une mémoire de la touche pressée bien trop longue, des dégagements de gardien bien perraves, des relances subitement impossibles dès que la console a décidé qu’elle devait marquer, des replacements des attaquants inexistants qui les mettent en position de hors-jeu systématique dès qu’on frappe avec un milieu ou qu’on fait tourner le ballon aux abords de la surface… Bref, rien n’a changé. Et pourtant, ce gameplay « affiné » est sans doute le truc le moins foireux de Fifa 16.

002-906.jpg
Je vais sans doute passer pour un misogyne, mais il me semble qu’il y avait mieux à faire que d’ajouter du foot féminin…

003-848.jpg
Sepp Blatter a trouvé sa reconversion : Il va devenir CEO d’Electronic Arts !
Parce que côté Modes de jeu, c’est encore pire. On a droit cette année à un mode entrainement, qui reprend le principe des jeux techniques, mais cette fois pour faire progresser vos ouailles (et non plus seulement votre skill personnel). Je n’ai pas suffisamment joué pour constater si l’évolution qui en découle et bien équilibrée, je regrette aussi que ces entraînements individuels ne permettent pas de changer la position d’un joueur (un DC en MDC par exemple), mais pour une fois que EA nous offre une nouveauté qui en vaut la peine, on ne va pas bouder. Le seul hic, c’est qu’à côté de ça, tout est absolument identique aux saisons passées : Le système de transfert est toujours aussi pénible, les transferts eux-même sont toujours aussi rares, le calendrier toujours aussi mal foutu, les commentaires à en pleurer de dégoût tant ils sont minables (comme l’an passé, ils ont réussi à buguer les rares commentaires qu’ils ont ajouté) et avec le nouveau gameplay d’avantage basé sur la possession, le mode Carrière de Joueur où on ne dirige qu’un seul gus sur le terrain, devient une putain de plaie où n’importe quelle équipe de 5ème division sortira avec 95% de possession, même face aux cadors européens. Trop c’est trop ! Après avoir laissé EA violer mon compte en banque et ma dignité pendant cinq ans, j’ai décidé de ne plus me laisser faire et de boycotter Fifa. Le seul problème, c’est qu’étant un peu seul dans mon action, je doute que FIFA 17 relève le niveau et que je doive définitivement tirer un trait sur les simulations de foot…

8 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.