Citation

Modem Warfare, le premier FPS centriste

 

Le Musée - Rashomon

En pleine semaine Escape Game et parce qu'on n'a pas toujours le courage de sauver le monde on s'autorise parfois un petit braquage pour se détendre entre un serial killer et nos courses à la supérette.

Rashomon. Si comme nous (moi) vous vous demandez, il s’agit d’un film de 1950 de Kurozawa. Le rapport avec l’Escape Game j’en sais rien mais c’est le nom du tout nouvel escape installé rue Bréguet dans le 11e soit à 10 mètre de chez moi. Du coup on avait surveillé un peu les travaux et attendu l’ouverture. Ouvert officiellement depuis Janvier l’équipe elle-même considère l’ouverture officielle depuis Juin avec un total de 4 salles, un braquage, un pharaon, un ascenseur et un musée que nous n’allons tarder à délester de son contenu.

Le musée

La glorieuse organisation du Black king, qui contient les meilleurs agents secrets du monde, nous a choisi pour cette mission. Vu notre état, surement que nous étions les derniers disponibles mais après de gros efforts de concentration, nous recevons notre mission. Nous allons nous infiltrer dans un musée afin d’y dérober un des plus importants bijoux de la couronne française.

A la façon d’un The Game, nous recevons une valise avec quelques accessoires pour réaliser notre mission. Excellente initiative. J’imagine qu’il est assez rare que l’on parte faire ce genre de chose sans préparation. Ensuite le jeu laisse place à une immersion réussie. Entrés par l’accès des employés, notre première tâche sera de trouver un accès pour l’intérieur du musée. Les énigmes s’avèrent assez complexes au début. En tout cas nous ne percutons pas bien vite sur les premiers éléments. Une fois quelques manipulations réalisées, l’aventure s’accélère avec des passages surprenants et surtout prenants.

Notre progression est aidée par une fiche. Sorte de préparation réalisée par notre commanditaire. On peut regretter que celle-ci soit bien trop précise. Nous nous y intéressons très peu mais heureusement car quand on passe à la lecture, on se rend compte qu’il s’agit presque d’une solution (tout du moins d’une aide) étape par étape.

Une fois dans le musée, nous nous trouvons dans la meilleure pièce de la room. Sans aucun doute. Malheureusement c’est aussi la salle que l’on passe le plus rapidement. Alors elle n’est pas vide pour autant, loin de là. Mais notre équipe, enfin concentrée suite au passage très réussi que nous venons de réaliser pour entrer dans le musée s’avère particulièrement efficace une fois à l’intérieur.

Mais l’aventure ne s’arrête pas là. Le musée est en effet riche en rebondissements et pour ne rien révéler je n’en dirai pas plus sur l’histoire.

Rashomon a su mêler la fouille, les énigmes visuelles, de réflexion et des manipulations dans son musée. On ne peut donc pas reprocher grand chose au niveau de la conception. Dans la réalisation, si le niveau est satisfaisant, la salle garde un côté Homemade qui jure avec les meilleures salles de 2018. Pour ma part, l’immersion et certains passages m’ont convaincu. Mais je suis peut-être le seul. L’histoire est prenante et crédible. Le rythme de la pièce est peut-être dommage car le pic se situe clairement au milieu de notre expérience. Après le GM était à l’écoute et on peut espérer quelques améliorations à venir. On parlait par exemple de la possibilité de prévoir plusieurs difficultés par rapport à la fiche d’aide dont je parlais plus haut. A voir comment la salle sera affinée.

En conclusion, Le musée est une bonne expérience. Vous y passerez un moment agréable à coup sûr avec quelques passages n’étant pas sans rappeler les films de braquages. Malheureusement, il manque un petit quelque chose pour atteindre le top dans l’offre toujours plus impressionnante d’aujourd’hui. Nous, on espère que nous trouverons ce petit plus lors de notre prochain passage, dans un certain ascenseur de l’enseigne.

L’avis de Smy

L’avantage de commencer une room par l’accès des employés est que l’on tombe immédiatement sur des dizaines de tenues qui nous permettent de nous déguiser. Le corolaire est qu’il faut se forcer à fouiller l’intégralité des vêtements, et vous devez finir par savoir qu’en plus d’être nuls, on n’aime pas vraiment ça. Je m’applique et passe donc les premières minutes à vérifier toutes les poches, tous les sacs, ce n’est pas très fun et un peu répétitif. L’aventure évolue heureusement et nous finissons par quitter la pièce pour atteindre le musée.

Les décors sont bien pensés, les pièces assez grandes, mais les finitions ne sont pas du niveau des décorateurs professionnels que l’on rencontre de plus en plus fréquemment dans les Escape Games. Cela ne nous empêche pas de nous amuser, les mécanismes sont fun, assez bien intégrés et un beau retournement surprend ! Nous sommes juste un peu trop guidés par la fiche dont parle Toma. Nous sortons finalement avec le diamant après 46 minutes et nous pouvons faire un long debrief avec l’équipe. Le musée est une belle aventure.

L’avis de Fylodindon

C’est après m’avoir fait traverser tout Paris avec un vélo défectueux que nous avons débarqué chez Rashomon. C’est donc meurtri, essoufflé et en sueur que je me suis lancé dans le cambriolage d’un musée. Et ça commence plutôt bien, avec le GM qui nous livre une petite mallette d’accessoires servant à notre mission (on aime bien les accessoires chez Polygamer). L’entrée en matière est d’ailleurs très intéressante et particulièrement crédible, puisqu’on infiltre les vestiaires des employés de la sécurité. On a même l’occasion de se déguiser (on aime bien les déguisements chez Polygamer).
Bref, tout se passe au mieux sauf que cette entrée en matière est peut-être trop crédible et un brin austère pour me passionner. Résultat, passé les premières minutes, je commence à décrocher.

Finalement, on arrive non sans peine à infiltrer le musée. Les épreuves qui nous y attendent sont alors bien plus amusantes. Malheureusement, la note qui nous est adressé, censée nous aider dans notre progression, a plus des allures de walkthrough de Point & Click que de recueil d’indices. Résultat, on torche en moins de cinq minutes ce qui est pourtant la salle la plus intéressante de cet Escape Game (bon, j’exagère un peu pour les cinq minutes, mais pas beaucoup plus). Elle ne me paraissait déjà pas bien compliquée sans aide ; j’ai du mal à croire que 50% des joueurs ne s’en sortent pas. C’est d’autant plus dommage que le reste est un peu plus rébarbatif, sans doute trop scolaire également.

Au final, on s’est tout de même amusé à faire cette salle. Mais voilà, le thème du cambriolage et du musée est récurrent dans les escapes. Beaucoup s’y sont essayés avant Rashomon. Du coup, on a vu tellement de choses différentes que rien ne nous surprend ici. Et puis, si les décors et les énigmes sont sympathiques, cela reste très loin de ce qu’ont pu proposer d’autres enseignes comme la Lock Academy avec Le Casse du Siècle, ou Phobia avec Da Vinci Code. Donc oui, on s’est amusé à cambrioler ce musée, comme on s’amuse avec d’autres anciennes salles que nous n’avions pas encore testées. Mais on ne peut s’empêcher d’être déçu, compte tenu de ce qu’on attend aujourd’hui d’une nouvelle enseigne.

Le site de Rashomon

Toutes les enseignes et salles : Escape Game : Les taux de réussite

Par Toma021, le 5 septembre 2018

 

Ajouter un commentaire
Qui êtes-vous ?

Liste des raccourcis de mise en forme
Gras : <b>Texte</b>
Italique : <i>Texte</i>
Souligné : <u>Texte</u>
Barré : <strike>Texte</strike>
Code : <code>du code</code>
Image : <photo|lien=url de l'image>
Spoiler : <spoiler|texte=Kaiser Soze c'est Kevin Spacey>
Lien : <lien|lien=url de la page|texte=texte du lien> ou collez juste l'url
Recherche de tags ou mots-clés : <tags|texte=#nomdestags ou des mots à chercher sur le site>
Citation : <quote|auteur=nom de l'auteur cité|texte= texte de la citation>