Recherches à la con des internautesperle rare parmis tout ces connard

Oui, quelqu’un m’a appelé ?

 

L.A. Confidential - Lock Academy

Il est temps de faire une pause dans les locaux de la Lock. Car oui à force de sauver le monde, c'est qu'on est fatigué, nous, supers-détectives.

Voici donc notre tant attendu avis sur L.A. Confidential. Non pas dans l’ordre établi par l’histoire de la Lock mais dans l’ordre où nous avons réalisé leurs deux dernières salles.

Du coup après notre premier succès pour faire taire la révolte naissante à l’Academy on s’est retrouvés dans la salle de repos. Affalés sur des poufs géants à hésiter entre se faire un petit Alex Kidd, un jeu de fléchettes ou une partie de Mölkky.

Tout se présentait donc à merveille sauf que vu notre poisse habituelle, il a fallu que ça tombe juste le jour choisi par Jim Key, le pire ennemi de la Lock, pour nous jouer un sale tour. Du coup pas de repos pour les braves enquêteurs que nous sommes et Fylo, Smy et Audrey ont pu se remettre au travail afin de sauver nos vies, entre autre. Pour ma part, le Mölkky étant installé ça aurait été dommage que personne n’en profite.

L.A. Confidential

L’entrée en matière est des plus classiques. Nous sommes briefés par Eflodeur* à l’extérieur de la salle et nous entrons en sachant pertinemment qu’un problème nous attend sur place. Les décors sont simples et efficaces. Comment peut-on mieux réaliser une salle de repos qu’en y mettant des distractions partout. Les murs sont colorés, notre regard est attiré de toute part et l’envie de se perdre est presque plus forte que le défis qui nous attend.
Mais étant toujours les plus concentrés, nous n’accordons aucune attention à notre environnent et fonçons sur le premier aléa qui nous attend.

Très vite, la première énigme est résolue mais il en découle des évènements que nous n’avions pas prévu et nous voilà à la recherche de la salle la plus secrète de la Lock afin d’y voler un document secret classé sous le nom de "L.A. Confidential". Problème, personne ne sait où est cachée la fameuse salle des archives et si le chemin qui nous y conduira est des plus impressionnants, il est hors de question que son secret fuite par ici.

Dans l’ensemble, la salle est bien équilibrée entre les manipulations, la fouille et même les interactions. Seul petit point noir si l’on cherche la petite bête, l’utilisation répétitive de l’ordinateur, mais rien de très important. Surtout si comme moi, vous êtes de toute façon en train de jouer à la console ou de faire un basket pendant ce temps. L’expérience se termine avec une vraie montée en puissance, un stress que peu d’enseignes arrivent à garder malgré un chrono assez large (de 47 minutes). Enfin petit détail un peu dommage, l’aventure se termine avec l’entrée de notre GM qui vient nous chercher. Un drôle de choix sachant que nous sommes dans la pièce la plus secrète de l’Academy.

L.A. Confidential est sans aucun doute une des salles les plus ludiques de Paris. Ce qui ne manque pas de plaire à un esprit de gamin comme le mien. En plus l’effet Wahou est là, les surprises aussi, les décors, made in Labsterium, sont encore et toujours phénoménaux et pourtant il manque quelque chose dans cette expérience. J’étais le premier à préférer cette salle à Révolte à la Lock (à faire deux salles le même soir, on a toujours tendance à les comparer entre elles). Avec un peu de recul, notre première expérience était beaucoup plus riche. Dans L.A., on se marre mais la densité de l’aventure retombe un peu. Un défaut récurrent dans beaucoup de salles modernes qui restent de qualité. Nous avons donc passé un excellent moment dans cette salle que l’on ne peut que vous recommander, surtout si comme moi, vous êtes un grand enfant.

L’avis de Fylodindon

C’est toujours un peu spécial d’enchaîner deux salles d’affilée, d’autant lorsque la première est aussi fantastique que ne l’est Révolte à la Lock. Il faut entrer de nouveau dans l’aventure, et tenter de ne pas trop faire de comparaisons. Alors bien entendu, comparaisons il y a eu, mais je vais essayer d’en faire abstraction ici.

Niveau décor, L.A. Confidential n’a pas grand-chose à envier aux autres salles de l’enseigne. Le style est bien différent de ce à quoi nous étions habitués avec la Lock Academy, mais dans son genre c’est plutôt bien foutu et l’occasion pour nous de franches rigolades. Seulement, même si on adore les jeux vidéo et faire les cons dans les fatboys, nous sommes là pour un Escape Game. Et là pour le coup, je suis un peu plus sceptique.

Côté énigme, c’est bourré de technologie et on tombe sur quelques belles surprises (une en particulier, qui a fait l’unanimité). Malheureusement, j’ai trouvé les manipulations un peu rébarbatives ; et notamment celles autour de l’ordinateur qui vont se répéter de trop nombreuses fois. Le cheminement pour ouvrir l’accès à la salle secrète est amusant par contre, et toujours en rapport avec la salle de jeu dans laquelle nous nous trouvons. Mais sa résolution reste finalement assez basique, et plutôt courante dans les escape games (sous une forme ou une autre).

Enfin, je n’ai pas accroché à l’énigme finale. Elle a le mérite de nous mettre sous pression, et c’est quelque chose qu’on apprécie. Mais encore une fois, au niveau des manipulations j’ai trouvé ça un peu léger. De plus, comme le dit très justement Toma quelques lignes au-dessus, l’irruption du GM dans la salle m’a dérangé. D’une part, et de manière générale, j’ai toujours préféré sortir que d’être rejoint. Mais en plus, sa présence n’est pas très cohérente, et la nôtre encore moins d’ailleurs.

Alors oui, dans l’absolu L.A. Confidential reste une très bonne salle. Oui, on s’est marré comme des mômes. Oui, l’un des éléments de cette salle mériterait presque à lui seul que vous la fassiez. Mais je ne peux m’empêcher d’être déçu par l’expérience dans sa globalité ; surtout au regard de la qualité de Révolte à la Lock ou du Casse du Siècle.

L’avis de Smy

Cette salle est un superbe terrain de jeux pour les débiles gamins que nous sommes. Toma se lance réellement dans une partie de Mölkky jusqu’à ce que je lui bousille volontairement les quilles, et on se jette avec Fylo sur les Fatboys pour être le premier à récupérer un indice. Comment dans ces conditions ne pas partir en fous rires et nous concentrer sur les énigmes ?

Car oui, malgré son apparente légèreté, cet Escape Game demande de la réflexion. Il contient beaucoup d’éléments que nous aimons, collaboration, rebondissements et décors Wahou compris. Comme pour le Casse du siècle, je lui reprocherai juste un final qui ne nous fait pas sortir de la salle, mais c’est un petit détail pour une très belle aventure.

* Eflodeur s’appelle Rémi dans la vraie vie

Le site de la Lock Academy

Toutes les enseignes et salles : Escape Game : Les taux de réussite

Par Toma021, le 23 juillet 2018

 

Ajouter un commentaire
Qui êtes-vous ?

Liste des raccourcis de mise en forme
Gras : <b>Texte</b>
Italique : <i>Texte</i>
Souligné : <u>Texte</u>
Barré : <strike>Texte</strike>
Code : <code>du code</code>
Image : <photo|lien=url de l'image>
Spoiler : <spoiler|texte=Kaiser Soze c'est Kevin Spacey>
Lien : <lien|lien=url de la page|texte=texte du lien> ou collez juste l'url
Recherche de tags ou mots-clés : <tags|texte=#nomdestags ou des mots à chercher sur le site>
Citation : <quote|auteur=nom de l'auteur cité|texte= texte de la citation>