Recherches à la con des internautesMort en jouant à la Wii

Ca devait être d’ennui sûrement

 

Apex Legends, le nouveau souffle du Battle Royale

Un FPS Battle Royale Free 2 Play, développé par les gars derrière les TitanFall, qui sort en surprenant tout le monde et déferle comme un véritable raz-de-marée sur la communauté. Voilà ce qu'est Apex Legends.

Secret Défense

Les secrets dans l’industrie du jeu vidéo ne le restent jamais très longtemps. C’est dire l’exploit qu’ont réalisé Respawn et Electronic Arts avec Apex Legends. Car ce n’est qu’à quelques jours de sa sortie que nous avons appris son existence. Depuis le Table Tennis de Rockstar, je n’avais jamais vu ça pour un titre d’un studio AAA. Electronic Arts nous prouve ici qu’il n’est pas forcément nécessaire de harceler les joueurs des mois durant à base de teasers, trailers et bonus de précommande pour réussir son lancement. Car le géant américain a frappé un grand coup et poussé à son paroxysme la communication 2.0, en s’appuyant exclusivement sur les réseaux sociaux, et notamment les streamers, pour nous présenter le jeu et en faire la promo. Pour quel résultat ? 25 millions de joueurs en 10 jours de temps, 50 millions à ce jour, dont un pic à 2 millions en simultané, toutes plateformes confondues.

Alors ok, les chiffres nous donnent le tournis et des sueurs froides à Fortnite, mais Apex Legends c’est quoi exactement ?
Il s’agit du nouveau titre de Respawn Interactive, les ex-Infinity Ward (Modern Warfare 1 et 2), à qui on doit la série TitanFall. Même si le design un peu plus cartoon, l’absence de wall-jump et, surtout de titans, laissent à penser le contraire, le jeu s’inscrit dans la lignée de TitanFall avec qui il partage l’univers. Pas de Team DeathMatch non plus, Apex Legends est un Battle Royale.
Dire que ce genre est à la mode, est un euphémisme. On en bouffe tellement à toutes les sauces que ça en devient indigeste. Alors il faut bien reconnaître qu’à la sortie du titre, on le télécharge plus par curiosité que par conviction : Après tout, j’ai vraiment adoré le premier TitanFall, et les mecs sont doués, c’est indéniable. Et puis, difficile de faire la fine bouche quand on sait que le jeu est totalement gratuit. Faudrait être réfractaire au genre ou totalement borné pour ne pas l’essayer.

Révolution en marche

Les premières parties sont déstabilisantes. Déjà parce qu’une première partie dans un jeu compétitif, c’est toujours déstabilisant. Mais ensuite parce que Respawn a eu à cœur de révolutionner le genre et d’en bousculer les codes. Et ça commence par le nombre de participants : Ici 60, en escouades de 3. La map est du coup un peu plus petite que dans les PUBG et autres modes Blackout de Black Ops 4. Cela pousse les participants à jouer davantage le contact, plutôt que de rester planqués dans un coin en attendant que ça passe. Dans Apex Legends pas ou peu de camping, allongé dans un buisson ou planqué dans un bâtiment. On court, on grimpe, on vole, on glisse, on se bat, et tout ça en groupe bien soudé. Car il s’agit sans doute là du Battle Royale le plus teamplay du marché. Déjà parce qu’avec son système de classes et de héros à la Overwatch, les individualités se complètent et s’entraident pour affronter l’adversité. Certes rien à voir avec la qualité ou la coopération nécessaire dans un Rainbow mais c’est déjà pas mal pour un Battle Royale, qui plus est free to play.

Ensuite, parce que tout est fait pour que les membres de l’escouade restent ensemble et communiquent, même sans micro-casque. D’abord, un leader de saut est désigné en début de partie. Et s’il est possible de se dissocier de ses équipiers, c’est normalement ce leader qui va déterminer le lieu d’atterrissage et la trajectoire à prendre. Les deux autres n’ayant pas à s’inquiéter du vol, ils ont tout loisir d’observer les alentours, si d’autres équipes ont eu la même idée qu’eux.
En gunfight, là encore la coopération est de mise. Déjà parce qu’on est plus efficace à trois que seul, ensuite parce que les "perks" de chacun peuvent aider, enfin parce qu’en plus de pouvoir relever vos coéquipiers à terre, comme c’est courant désormais, il est aussi possible de récupérer son intel une fois qu’il est réellement mort, pour pouvoir le faire réapparaître sur le champ de bataille, en vous rendant à un point de largage / respawn. Bon, il reviendra à poil ou presque et aura toutes les peines du monde à se refaire un équipement digne de ce nom, mais on a vu des parties basculer grâce à ça.

Dialogue social

Une fois au sol, le jeu se pare d’un système de ping intelligent : Pointez le décor pour définir un point de passage, pointez un ennemi pour informer vos équipier de sa présence, pointez une arme ou un accessoire et il s’affichera sur le hud de vos potes. Vous pouvez même réclamer des munitions pour vos armes lorsque vous tombez dangereusement à sec. Clairement, c’est à ce jour le meilleur système de communication qu’il m’ait été donné de voir dans un jeu vidéo. C’est simple, intuitif et terriblement bien calibré. Il est même possible de remercier vos équipiers de l’équipement qu’ils vous lâchent.

Et si le pointage visuel est primordial, il faut également saluer le travail sur l’environnement sonore du jeu. Car chacun de vos pings va s’accompagner d’une réplique de votre héros, en anglais uniquement. Ainsi, vos alliés n’ont pas besoin de vous avoir en ligne de vue pour savoir ce que vous pointez. C’est pratique et rend les parties plus vivantes. Car pour le coup, vos avatars sont de vraies pipelettes et ne manqueront pas de tout commenter : Ce qu’ils voient, ce qu’ils font, ils nargueront même les ennemis au sol ou vous avertiront lorsqu’une escouade complète a été décimée. Pratique. Dynamique. Bref, une vraie réussite qui sert tant le gameplay que l’ambiance.

Et puisqu’on est à parler de la partie sonore, sachez que les bruitages des armes ne sont pas en reste et contribuent grandement aux bonnes sensations lors des gunfights. Le seul petit bémol vient peut-être de la musique, qui aurait pu être plus épique ; notamment dans les derniers instants, lorsque le cercle se réduit à peau de chagrin et que le moindre mouvement d’un orteil peut suffire à trahir votre présence. Mais bon, la cacophonie des armes qui pétaradent devrait suffire à ravir les plus mélomanes d’entre vous.

Conçu pour durer

Avec son gameplay vif et nerveux, emprunté aussi bien aux Callof qu’à Overwatch, ainsi que ses nombreuses idées novatrices, Apex Legends souffle un véritable vent de modernité sur le Battle Royale. Qui plus est, en sa qualité de Free to play, le jeu de Respawn évite les écueils du genre en ne tombant notamment pas dans le Pay to Win ou la profusion de contenu accessible qu’aux porteurs de carte bleue. Pratiquement tout ce qui est achetable peut-être débloqué ingame, à l’exception de quelques rares skins "Premium". Mieux, le Battle Pass prévu courant mars aura beau être payant, il permettra à ses acquéreurs d’obtenir l’intégralité des skins de la saison, et non un simple bonus au tirage des loot box. Enfin, le studio a d’ores et déjà une road map bien précise s’étalant sur l’année ; signe qu’ils comptaient bien s’engager sur le long terme, avant même de savoir qu’ils débouleraient en force sur le marché. Reste à voir si la communauté saura se montrer fidèle sur la durée, d’autant que comme la plupart (voir l’intégralité) des Battle Royale avant lui, Apex Legends ne propose qu’une seule et unique map à parcourir, et ne semble pas avoir prévu l’arrivée d’une autre aire de jeu en 2019.

Par Fylodindon, le 7 mars 2019

 

Ajouter un commentaire
Qui êtes-vous ?

Liste des raccourcis de mise en forme
Gras : <b>Texte</b>
Italique : <i>Texte</i>
Souligné : <u>Texte</u>
Barré : <strike>Texte</strike>
Code : <code>du code</code>
Image : <photo|lien=url de l'image>
Spoiler : <spoiler|texte=Kaiser Soze c'est Kevin Spacey>
Lien : <lien|lien=url de la page|texte=texte du lien> ou collez juste l'url
Recherche de tags ou mots-clés : <tags|texte=#nomdestags ou des mots à chercher sur le site>
Citation : <quote|auteur=nom de l'auteur cité|texte= texte de la citation>