Recherches à la con des internauteswww.legostarwar.com

L’erreur est compréhensible... legostarwar / polygamer, ça s’écrit presque pareil

 

Trambahn, les aventuriers du tram

Avec ses faux airs d'Aventuriers du rail et son illustration de couverture un peu austère, Trambahn n'est certainement pas le jeu le plus engageant du moment. Et pourtant...

C’est quoi ce jeu ?

Trambahn est un jeu de gestion de lignes de tramway, pour deux joueurs exclusivement. On le tient d’un amoureux du rail, Helmut Ohley, déjà auteur de Russian Railroads et des 1800 (qui revisitent l’histoire du chemin de fer autrichien), illustré par Klemens Franz qui a bossé sur Orléans, Mombasa ou dernièrement Isle of Skye. Edité par Lookout Games, le jeu est distribué chez nous par Fun Forge et vendu pour une quinzaine/vingtaine d’euros.

Dans la boîte

Petite boîte carrée, non compartimentée, avec assez peu de matos. On y trouve notamment des cartes (16 cartes Tramway, 8 cartes Conducteur, 4 cartes Terminus, 112 cartes recto/verso Stations/Marks et 2 cartes d’aide de jeu), ainsi qu’un livret de règles et un bloc de score. Les cartes sont de bonne qualité et suffisamment grosses pour bouffer tout l’espace sur votre table de salon. Heureusement que ça ne se joue qu’à deux, donc.

Comment on joue ?

On dispose sur la table une réserve de locomotives, dans l’ordre croissant de leur valeur (à cheval, à vapeur et électrique). On dispose également les quatre cartes Terminus en colonne, puis on donne à chaque joueur 12.000 et 15.000 marks (12 pour le premier, 15 pour le second) ainsi que six cartes stations. Chacun leur tour, les deux participants vont devoir réaliser une série d’actions, certaines obligatoires et d’autres non. Le tour de jeu d’un joueur se déroule donc comme suit, dans l’ordre :
  • Poser une ou deux cartes passagers (carte Station ou Conducteur) sur la ou les lignes de Terminus correspondant à leur couleur (action obligatoire). Lorsque l’une des lignes totalise 4 cartes passager, cela déclenche une phase de score pour les deux joueurs.
  • Poser des cartes Stations devant soi (action facultative). Ces cartes doivent être de la même couleur et leurs numéros doivent être croissant (mais pas forcément se suivre). Une carte Conducteur peut également être utilisée comme Joker. Elle ne fera pas gagner des points mais peut permettre de déclencher une phase de score bonus, lorsque la ligne totalise huit stations. Ces lignes doivent impérativement être validées par une carte Tramway, sinon elles sont défaussées à la fin du tour.
  • Augmenter sa réserve d’argent en défaussant une ou des cartes Stations dans sa pile de Marks (les cartes étant recto/verso et chacune d’entre elles valant 1.000 marks) (action facultative).
  • Acheter une carte Tramway (action facultative). Elles valent 5.000, 10.000 et 15.000 marks et ont un coefficient multiplicateur de score x2, x3 et x4.
  • Compléter sa main afin de totaliser 6 cartes (action obligatoire)
  • Dès lors qu’un joueur a réalisé toutes ces actions (ou au moins la première et la dernière, seules obligatoires), la main passe à son adversaire et ainsi de suite.
    Sitôt qu’un des quatre Terminus totalise quatre cartes Passagers, la partie se met en pause et les deux joueurs additionnent les points de victoires de leurs lignes correspondantes (même couleur que le Terminus en question), qu’ils multiplient au coefficient de leur carte tramway. Lorsque dix phases de score ont eu lieu, la partie s’arrête et celui qui totalise le plus de points l’emporte.

    Conclusion

    Honnêtement, sur le papier Trambhan ne fait pas envie. Déjà graphiquement, ce n’est pas le style le plus populaire. Il colle parfaitement au thème, mais n’en reste pas moins ascétique. De plus, il y a sans doute plus excitant que l’univers des tramways allemands de la fin XIXème ; d’autant plus que les allemands ont cette image un peu péjorative d’austérité et de rigueur excessive. Enfin, les dix séquences de score (plus les scores bonus) risquent de rebuter les moins férus de mathématiques. Certes, il ne s’agit pourtant que d’additions (et multiplications), mais ça se complique après plusieurs parties, lorsqu’on commence à réfléchir aux possibilités qui nous sont offertes et surtout à celles qui nous seraient le plus rentable.

    Pourtant, Trambahn est un très bon jeu. Sa mise en place est rapide et les parties s’enchainent finalement assez vite (enfin, cette notion de temps est toujours corrélée avec le type de joueurs). Le hasard tient une place suffisamment prépondérante pour varier les parties, mais de manière suffisamment raisonnable pour que les joueurs puissent garder la main sur ce qu’ils font. Les tactiques de jeu sont également nombreuses, entre les lignes courtes pour marquer rapidement, les longues lignes pour scorer lourdement et déclencher les phases bonus, la spécification des lignes exploitées et leur multiplication et le rythme imposé à la partie en fonction du nombre de passagers qu’on pose à chaque tour (un ou deux). Difficile de dire quelle stratégie paie le plus au final, et surtout la tactique d’un joueur se retrouve souvent bouleversée par celle de son adversaire. On retrouve un bon compromis entre l’action et la réaction. Il ne s’agit pas seulement de jouer dans son coin. Bref, je vous encourage à dépasser les éventuels à priori que vous pourriez avoir et vous verrez, vous pourriez bien développer une nouvelle passion pour le tramway munichois.

    Par Fylodindon, le 10 août 2016

     

    Ajouter un commentaire
    Qui êtes-vous ? (optionnel)

    Vous pouvez également vous inscrire sur le site pour vous connecter plus facilement.

    Liste des raccourcis de mise en forme
    Gras : <b>Texte</b>
    Italique : <i>Texte</i>
    Souligné : <u>Texte</u>
    Barré : <strike>Texte</strike>
    Code : <code>du code</code>
    Image : <photo|lien=url de l'image>
    Spoiler : <spoiler|texte=Kaiser Soze c'est Kevin Spacey>
    Lien : <lien|lien=url de la page|texte=texte du lien> ou collez juste l'url
    Recherche de tags ou mots-clés : <tags|texte=#nomdestags ou des mots à chercher sur le site>
    Citation : <quote|auteur=nom de l'auteur cité|texte= texte de la citation>