Citation

Gran Turismo c’est pas si réaliste que ça, un virage en épingle en quatrième sur ma Clio et bah ça ne passe pas

 

The Resistance, la trahison ça a du bon

Vous pensez pouvoir faire confiance à vos amis ? Jouez à The Resistance avec eux et vous serez fixé...

C’est quoi ?

The Resistance est un jeu originellement sorti en 2010 chez Indie Boards and Cards. C’était une version multi-langues distribuée en France par Iello. La version critiquée ici même est celle sortie fin 2012 et éditée en France par Edge Entertainment. Les principales différences entre les deux versions sont principalement esthétiques. L’édition 2012 propose tout de même une extension appelée "L’Affaire se Corse".

The Resistance de Don Eskridge met les joueurs (de 5 à 10) dans la peau de résistants déterminés à mettre à mal la dictature en place. Malheureusement des espions se sont glissés au sein du groupe et vont tout faire pour faire échouer les missions de déstabilisation. C’est un jeu à identités cachées façon Les loups-garous de Thiercelieux.

Dans la boîte

Petite boîte pour petit jeu, The resistance se compose principalement de cartes. On trouve également trois plateaux recto-verso et divers pions/tuiles. Cette boîte contient aussi les 15 cartes que composent l’extension. Coté illustration on est face à du très classique et très sobre. Peut-être un peu trop d’ailleurs.

Comment on joue ?

Il faut tout d’abord installer le plateau de jeu qui correspond au nombre de joueurs présents. Le nombre d’intervenants pour chaque mission ainsi que le nombre d’espions varient selon le nombre de joueurs. Il faut ensuite distribuer une carte rôle à chacun des résistants ainsi que deux tuiles de vote. Un joueur choisi au hasard prend le pion meneur. Tous les joueurs ferment alors les yeux puis le meneur demande aux espions de les ouvrir afin de se reconnaître. Une fois fait, les espions ferment les yeux puis le meneur demande à tous les joueurs de les ouvrir. La partie peut alors commencer.

Une partie se joue en plusieurs tours divisés en deux phases :

- La phase de composition d’équipe où le meneur choisit les membres de la résistance qui vont partir en mission (il peut s’inclure dans le groupe). Une fois l’équipe formée les joueurs vont devoir voter afin de valider ou de rejeter le choix du meneur. En cas de vote défavorable la mission est annulée, le pion meneur passe au joueur suivant et il propose une nouvelle équipe. En cas de vote favorable le groupe part en mission et passe à la phase suivante.

- La phase de Mission où chaque membre du groupe partant en mission va devoir décider secrètement si la mission est un échec ou un succès en choisissant la carte appropriée. Le meneur mélange ces cartes face cachée puis les dévoile. Uniquement des succès : la mission est réussie. Un échec dans le lot : la mission a été sabotée par un espion.

On passe ensuite au tour suivant. Si les espions arrivent à faire capoter trois missions ils gagnent la partie. Les résistants eux doivent réussir trois missions pour gagner.

Pour conclure

The Resistance est selon moi un must dans le genre jeu à identités secrètes. Déjà, il corrige l’un des défauts majeur du genre, à savoir l’élimination de joueurs. Ici les joueurs participent à la totalité de la partie sans craindre de devoir faire la vaisselle pendant que les autres continuent à s’amuser. Ensuite l’ambiance autour de la table est explosive. En effet The Resistance est un pur jeu de tchatche et de bluff. Embrouiller les résistants quand on est espion est jubilatoire. Le jeu de déduction quand on est résistant est également très intéressant. On passe son temps à faire des déductions fumeuses, à suspecter tout le monde ou à essayer de se défendre quand on est accusé de traîtrise à tort. Un vrai climat de paranoïa s’installe rapidement à la table. Un jeu à pratiquer avec des grandes gueules et des baratineurs.

Les parties sont courtes et on se surprend à les enchaîner sans voir le temps passer. Pourtant on pourrait être frustré par la victoire quasi systématique des espions mais il n’en est rien, le plaisir du jeu se trouvant ailleurs. Toujours est-il que si vous voulez rééquilibrer les chances de victoire, utilisez l’extension qui donne des "pouvoirs" spéciaux aux joueurs sans modifier le plaisir de jeu. Mais je le redis, on s’en fiche pas mal de savoir qui a gagné ou qui a perdu du moment qu’on a passé du bon temps. Et là pour le coup on passe un sacré bon moment. Un must have je vous dis !

Par Nachcar, le 28 septembre 2013

 
Avatar de Malmoth

Très très sympa et difficile à lâcher. La variante Camelot s’annonce encore plus tordue : http://www.edgeent.com/v2_fr/edge_n...

Malmoth, le 28 septembre 2013 à 19h45
Avatar de Fylodindon

En un week-end avec la team Polygamer, on a du faire pas loin de 30 parties... c’est dire comme on accroche vite. Simple, rapide et juste génial.

Fylodindon, le 29 septembre 2013 à 01h25
Avatar de K.mizol

Un indispensable pour toutes les soirées où t’es avec minimum 4 potes. Et j’ai hâte de voir la version Camelot, les joueurs spéciaux doivent apporter pas mal de trucs marrants visiblement.

K.mizol, le 29 septembre 2013 à 14h12
Avatar de Nachcar

Ouais la version Camelot devrait être sympa. Probablement une critique lors de sa sortie...

Nachcar, le 1er octobre 2013 à 14h37

Ajouter un commentaire
Qui êtes-vous ? (optionnel)

Vous pouvez également vous inscrire sur le site pour vous connecter plus facilement.

Liste des raccourcis de mise en forme
Gras : <b>Texte</b>
Italique : <i>Texte</i>
Souligné : <u>Texte</u>
Barré : <strike>Texte</strike>
Code : <code>du code</code>
Image : <photo|lien=url de l'image>
Spoiler : <spoiler|texte=Kaiser Soze c'est Kevin Spacey>
Lien : <lien|lien=url de la page|texte=texte du lien> ou collez juste l'url
Recherche de tags ou mots-clés : <tags|texte=#nomdestags ou des mots à chercher sur le site>
Citation : <quote|auteur=nom de l'auteur cité|texte= texte de la citation>