Citation

Ce site ne parle pas de warez, de Britney Spears nue, d’armes de destruction massives, de Gamekult...

 

Quick et Flupke (l’intégrale), la nalyse

J’ai plusieurs cavernes secrètes chez moi, une de mes plus remplie est celle où il y a marqué sur la porte blindée à ouverture digitale « Les BD préférées de personnellement moi, par K.mi ». Vous aurez l’occasion de le découvrir au fil des jours, des semaines, des mois, des années, et des siècles (on a consu Polygamer pour durer).

La nalyse n’est pas systématiquement raccord avec l’actu, elle n’est pas objective, ce n’est pas une fiche technique, elle ne fait pas de détails ou en donne tout plein selon l’humeur, elle n’est pas faites pour influencer tes achats de consommateur fou parce qu’elle n’en tirerait aucun intérêt, elle est juste écrite pour te faire partager mes goûts à moi, ton K.mi qui t’aime (un peu comme un gosse qui fait popo et qui est fier et émerveillé de le montrer à tout le monde.)

Je vous l’introduis tout entier

Pour le grand public, partout dans le monde, Hergé c’est Tintin et rien d’autre (c’est déjà pas mal vous me direz). Pourtant son œuvre ne se limite pas au fameux reporter et son clébard, loin de là, une des autres bande dessinées du légendaire auteur se nomme Quick et Flupke. Une série intéressante parce qu’en plus d’être amusante elle est aux antipodes de Tintin.

Le pitch dans ta potch

Quick et Flupke sont deux mômes d’une dizaine d’années qui passent leur temps à faire les 400 coups dans les rues de Bruxelles. Des rues contemporaines, du moins de la même époque que celle où la série a été dessinée, c’est-à-dire de 1930 à 1940. Des années un peu spéciales puisque d’avant guerre puis en plein dedans (la guerre). On a donc parfois le droit à des gags en rapport mais toujours dans le ton, léger, de la BD. Par exemple Flupke qui voit des avions allemands au loin en train de bombarder, qui fonce en conséquence dans un abri et qui se casse la figure dans les escaliers avant d’entendre à la radio, légèrement énervé puisque maintenant dans le plâtre, que les attaques n’ont faites aucune victime…

Attardons-nous là-dessus (enfin, moi, surtout…)

Si le style de trait de Quick et Flupke est forcément en ligne claire, Hergé oblige, l’univers est totalement différent. Si Tintin est un garçon sage qui dans chaque récit rétablit la paix, Quick et Flupke foutent le bordel, même - et souvent - malgré eux. Si Tintin voyage autour du globe, Quick et Flupke traînent toujours dans les mêmes rues de Bruxelles. Leur souffre douleur/némésis est l’agent de police numéro 15, il est au passage doté d’un visage qui n’est pas sans rappeler ceux de Dupond et Dupont. Il faut dire qu’Hergé a dessiné ces deux séries en même temps avant de finir par arrêter Quick et Flupke par faute de temps. De 1930 à 1935 leurs aventures paraissaient quasi hebdomadairement dans Le petit vingtième sous forme de gag en deux planches, voire une, puis beaucoup moins régulièrement jusqu’à 1940, dernière année de parution de la BD.

Sans être non plus incroyablement irrespectueux on sent que l’auteur se défoulait avec Quick et Flupke. Alors bien sûr les dialogues paraissent aujourd’hui, en 2012, bien fades, même pour un lectorat très jeune - à côté de Titeuf ce sont presque deux anges -, mais tout de même, tout l’espèce de conformisme de Tintin est pris à revers aussi bien dans le fond que dans la forme. Par exemple les deux gamins parlent parfois de leur créateur en le tournant en dérision. Parfois les cases n’ont même pas de séparations tracées entre elles, les mises en pages des planches ne se ressemblent pas toutes, on voit même les héros se cogner contre le bord d’une case ou gommer des trucs qui ne leurs plaisent pas. Hergé en profite même pour faire de l’exercice de style en dessinant quelques planches sensées avoir été réalisées par Flupke lui-même. Si aujourd’hui c’est du déjà vu (et revu), tout ça était foutrement précurseur il y a 80 ans ! Ce qu’Hergé a commencé avec Quick et Flupke entre 1930 et 1940, une tripotée de dessinateurs l’ont poursuivit et fortement développés à partir des années 60/70, profitant de l’effervescence de l’époque pour coller de grands coups de lattes dans la bande dessinée jusque là tellement conventionnelle. Quick et Flupke était juste la petite exception qui confirmait la règle.

Ceci dit tout en ayant conscience de l’aspect précurseur de la chose, un relatif anticonformisme des années 30 n’équivaudra jamais à une révolte dessinée des années 70 hein… Voyez plutôt cette série comme un grand classique, collector, vous les fans de BD. On appréciera aussi ne pas constater dans les histoires une retranscription des mœurs adultes de l’époque qui aujourd’hui paraîtraient évidemment choquantes, les dites mœurs ayant bien heureusement évoluées – et il serait temps, en 80 ans. Ce que je veux dire c’est qu’en gros et à contrario de certaines aventures de Tintin, comme Tintin au Congo par exemple, Quick et Flupke peut tout à fait être lu par un enfant sans qu’il ne lui nécessite de prendre du recul sur le contexte de l’époque où ça a été dessiné, foncièrement dégueulasse d’ignorance, de misogynie et de racisme. Et ce pour la simple et bonne raison que les histoires sont racontées depuis le point de vue de deux enfants avec leurs simples préoccupations d’enfants. Mais de toutes façons c’est un peu parler dans le vent (je vous emmerde) puisque Quick et Flupke est définitivement trop ringard pour la jeunesse moderne. En gros c’est destiné aux enfants d’hier et aux adultes d’aujourd’hui. C’est beau c’que j’dis.

Par K.mizol, le 24 mai 2012

 
Avatar de draconnian

Que des bon souvenirs cette b.d !C’est clair que j’etait pas mort de rire devant,mais j’avais toujours le sourir et ça me mettais de bonne humeur.
Merci K.mi de m’avoir fait souvenir d’eux,je vais en chopper un ou deux du coup,pour le faire lire à ma fille quand elle sera plus grande.

draconnian, le 25 mai 2012 à 22h12

Ajouter un commentaire
Qui êtes-vous ? (optionnel)

Vous pouvez également vous inscrire sur le site pour vous connecter plus facilement.

Liste des raccourcis de mise en forme
Gras : <b>Texte</b>
Italique : <i>Texte</i>
Souligné : <u>Texte</u>
Barré : <strike>Texte</strike>
Code : <code>du code</code>
Image : <photo|lien=url de l'image>
Spoiler : <spoiler|texte=Kaiser Soze c'est Kevin Spacey>
Lien : <lien|lien=url de la page|texte=texte du lien> ou collez juste l'url
Recherche de tags ou mots-clés : <tags|texte=#nomdestags ou des mots à chercher sur le site>
Citation : <quote|auteur=nom de l'auteur cité|texte= texte de la citation>