Recherches à la con des internautesplagiste

Autant je peux comprendre quand on arrive ici en tapant nichons, mais plagiste...

 

Overcooked, Cauchemar en Cuisines

Overcooked vous parle d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, de cette époque où on se réunissait physiquement pour jouer à un jeu vidéo multi. Et croyez-le ou non, cette formule archaïque fonctionne toujours aussi bien !

Si on excepte Nintendo et ses Mario Party, cela fait bien longtemps qu’on n’avait pas vu un Party Game valable sur une console de salon. Aujourd’hui, le jeu vidéo se prend un peu trop au sérieux et en oublie de faire marrer ses adeptes. Ce genre, comme la plateforme d’ailleurs, est dès lors cantonné à quelques coups d’éclats ou quelques jeux sans saveur qui surfent sur la seule fibre nostalgique. C’est bien simple, le dernier Party Game sur lequel je me suis marré, remonte sans doute à l’époque de la toute première Xbox et le légendaire jeu de Just Add Monsters : Kung Fu Chaos ! Alors, ayant eu vent du capital sympathie de cet Overcooked, j’ai profité qu’on soit tous réunis pour nos dix ans (et d’une promotion passant le jeu à 5€), pour le chopper. Résultat, en un week-end, on a dû y passer près de cinq heures, délaissant toutes les grosses boites de JDS qu’on avait ramené.

Le principe du jeu est pourtant très simple, et rappelle ces petits jeux sur mobiles que sont Cooking Fever et autres Diner Dash. Vous êtes en cuisines et devez préparer les plats commandés en salle, qui vous arrivent les uns après les autres, à un rythme infernal. Il vous faut gérer la découpe des aliments, la cuisson, le dressage et même la vaisselle. Pour cela, rien de plus simple : Un stick pour vous déplacer, un bouton pour prendre/déposer et un second pour effectuer une action contextuelle (découper devant la planche, laver devant l’évier, cuire devant les fourneaux, etc.). Un troisième bouton vous permet enfin de sprinter un bref instant, lorsqu’il faut se précipiter vers une casserole sur le point de brûler par exemple.

Bon j’ai bien conscience que dis comme ça, ça ne fait rêver personne. Sachez donc que toute la subtilité du jeu, c’est la coopération. Car s’il est tout à fait possible de jouer seul, Overcooked n’en reste pas moins un Party Game. Et en sa qualité de Party Game, il ne prend tout son sens qu’en... "party", justement. A plusieurs quoi (jusqu’à quatre joueurs). Là, il faut s’organiser pour savoir qui s’occupe de telle ou telle tâche, et bien communiquer pour être suffisamment efficace, afin de réussir les objectifs fixés. Sur le papier, ça paraît simple. Mais en réalité, malgré les bonnes intentions de chacun au début et les grands discours motivants, sous la pression ça devient très vite le bordel en cuisines.

Ça l’est d’autant plus qu’il ne s’agit pas de préparer des plats dans une cuisine traditionnelle. Non, la cuisine est ici votre pire ennemie (avec le temps). Car imaginez vos stations de travail réparties dans trois bus différents, roulant à vive allure. Ou alors dans une cuisine littéralement coupée en deux toutes les trente secondes, par un gigantesque tremblement de terre. Ou encore sur un minuscule bout de banquise plus glissant qu’un parquet fraîchement ciré. Et ceci n’est qu’un bref aperçu de ce que les développeurs vous ont concocté pour vous pourrir la vie, niveau après niveau. Autant vous dire que rien n’est fait pour vous faciliter la vie. Et si certaines situations s’avèrent déjà délicate à gérer seul, lorsqu’il faut en plus se coordonner avec trois autres gus, ça devient carrément l’enfer.

Sachez qu’il est aussi possible de s’affronter à deux contre deux, en équipes. C’est plutôt marrant en soi, mais ne propose pas cette ambiance de joyeux bordel qui émane du jeu lorsqu’on y joue à quatre. Bref, sous ses airs de petit jeu mobile qui ne paie pas de mine, Overcooked est une petite perle ludique sortie d’une autre époque dont il serait dommage de se passer, surtout à bas prix. L’absence de mode en ligne pourrait en rebuter certains, et contribue d’autant plus à le dater d’un autre âge, presque néolithique, où on se réunissait entre pote autour d’une table basse et d’une bonne bière, à se marrer comme des baleines sans que nos rires soient traduits en séries de 0 et de 1.

Par Fylodindon, le 17 novembre 2017

 

Ajouter un commentaire
Qui êtes-vous ? (optionnel)

Vous pouvez également vous inscrire sur le site pour vous connecter plus facilement.


Liste des raccourcis de mise en forme
Gras : <b>Texte</b>
Italique : <i>Texte</i>
Souligné : <u>Texte</u>
Barré : <strike>Texte</strike>
Code : <code>du code</code>
Image : <photo|lien=url de l'image>
Spoiler : <spoiler|texte=Kaiser Soze c'est Kevin Spacey>
Lien : <lien|lien=url de la page|texte=texte du lien> ou collez juste l'url
Recherche de tags ou mots-clés : <tags|texte=#nomdestags ou des mots à chercher sur le site>
Citation : <quote|auteur=nom de l'auteur cité|texte= texte de la citation>