Recherches à la con des internautessite des sdf

Aucune idée... indigence.com peut-être ?

 

Objectif Mars - Destination Danger

Histoire de casser un peu la routine du boulot, on s’est dit qu’on allait passer notre pause déj' dans l’espace, plutôt qu’à la cantine ou au Kebab d’en face.

Destination Danger

Ouverte en avril dernier, Destination Danger est l’une de ces enseignes crées par des passionnés, Fred et Sarah, qui ont un jour souhaité passer derrière le décor en abandonnant le statut de joueur pour celui de Game Master. Le décor justement, a cette particularité d’avoir été en grande partie fabriqué à l’aide d’une imprimante 3D, avant d’être installé dans leur seule et unique salle pour le moment : Objectif Mars. Deux autres sont à venir dans les prochains mois, à savoir Docteur Qui, où jusqu’à cinq joueurs seront entraînés dans une folle aventure à travers le temps et l’espace, puis Buried où deux joueurs se retrouveront enterrés vivants, chacun dans leur cercueil. Nous aurons sans doute l’occasion de vous en reparler, mais pour ce qui nous concerne aujourd’hui, partons pour l’espace !

Envoyé en mission sur Mars, la navette de Destination Danger a subi une avarie à l’occasion de son retour vers la Terre. La panne en question ne concerne toutefois pas l’évacuation des déchets organiques ou le four à micro-onde servant à réchauffer les repas de l’équipage, mais deux ogives nucléaires. Avouez que c’est plutôt ballot ?
En qualité d’expert de la NASA (Polygamer est juste un passe-temps, entre deux missions spatiales), nous sommes donc dépêchés sur place pour y remédier et écarter tous risques. Seulement voilà, durant les 29 jours nécessaires à notre voyage, la situation a évolué. La panne en question ne semble en effet plus en être une, mais plutôt un sabotage effectué à distance, depuis la Terre. Résultat, les autorités ont pris la décision de sacrifier la navette, et à fortiori son équipage, en déclenchant la procédure d’autodestruction. Même si pour moi ça reste sujet à discussion, ils ont considéré qu’il valait mieux la mort d’une poignée d’hommes (et d’une femme), que mettre en péril la planète et ses sept milliards d’habitants. Du coup, vu qu’on l’a un peu mauvaise qu’ils aient pris cette décision APRES nous y avoir envoyé, on a décidé d’entrer au cœur de la machine et de stopper la procédure ; et tant pis si les ogives nucléaires sont toujours susceptibles de péter à notre arrivée. Malheureusement pour nous, les ingénieurs qui ont conçu la navette ne voulaient vraiment pas qu’on touche à leur bébé, et ont tout verrouillé à l’intérieur du réacteur. On a une heure pour prouver qu’on est meilleur qu’eux !

L’avis de Fylo

Pour être honnête, on m’avait mis en garde contre cette salle, et notamment sur la surexploitation des cadenas, moi qui ne supporte pas quand les salles se reposent trop dessus. Je me suis donc greffé au dernier moment à l’équipe, avec une certaine appréhension. Et pour le coup, j’ai été très agréablement surpris.

Alors certes, ce n’est pas la meilleure salle que j’ai faite, tant au niveau décor, que de l’ambiance ou des énigmes proposées, mais ce n’est clairement pas la pire non plus. Loin de là. Je m’y suis d’ailleurs bien amusé, et c’est là le principal. Le décor est minimaliste mais colle parfaitement au thème. Les nombreux cadenas tant décriés se fondent finalement très bien dans les mécaniques de la salle. J’ai trouvé ça bien moins gênant que chez L’Alchimiste par exemple, où ça ne collait pas avec le thème. De plus, se jeter à cinq sur les cadenas restants au moindre code trouvé, transformait cela en compétition pour savoir qui tomberait sur le bon. C’était très ludique. Et puis, à part peut-être sur la fin où l’intensité a baissé d’un ton (faut dire qu’on a géré comme des bêtes en explosant le record de presque dix minutes), on était constamment tous occupés. Pas le temps de s’ennuyer donc. Et ça, toutes les salles ne peuvent pas en dire autant.

Les seuls bémols que j’émettrais, c’est que même si je n’ai jamais réellement désamorcé de système d’autodestruction dans ma vie, j’imagine que ça doit être un poil stressant. Or, je n’ai jamais ressenti cette pression durant cette expérience ; ne serait-ce que par l’absence de timer (seule une voix nous informe du temps restant, tous les quart d’heure). Je pense qu’il y a moyen d’arranger cela, avec un décompte, un bip-bip ou toutes autres alertes sonores et visuelles. Ensuite, je trouve le scénario bancal. Car oui, on a stoppé l’autodestruction de la navette, on ne va donc pas exploser dans l’espace. Chouette. Mais quid du sabotage initial des ogives nucléaires ? Si on s’en est sorti pour gagner quelques minutes de répit avant que les ogives n’explosent une fois entrés dans l’atmosphère, je ne vois pas bien l’intérêt. Bref, là aussi le scénario peut être peaufiné. Quant à l’absence de puzzles complexes et tordus, au profit d’énigmes plus simples, davantage basées sur l’observation et l’association d’idées, ça ne m’a pas dérangé. Au contraire, ça rend leur résolution plus fluide et logique. Bref, je sais que ce n’est pas faire notre pub que de dire ça, mais ne vous fiez pas toujours aux avis des autres. Parfois, il vaut mieux se faire un avis par soi-même…

L’avis de Smy

Destination Danger est une enseigne étrange, insaisissable, qui a fait exploser l’habituel consensus des sites d’Escape Games. Depuis son ouverture au printemps 2016, tout a été écrit, du bon comme du moins bon, à tel point qu’il est impossible de se faire un avis en lisant les articles. Ce surprenant clivage nous attirait depuis plusieurs mois, Toma et moi, et nous voulions juger par nous-même. Car s’il est confortable de visiter une room que tout le monde aime, il peut-être excitant de découvrir une salle originale.

Nous n’étions pas les seuls curieux chez Polygamer, est c’est finalement à cinq que nous franchissons la porte bleue pour tomber entre les mains de Fred et Sarah. Une fois le brief un peu farfelu passé, nous entrons dans la navette et découvrons un décor assez pur, simple, tout blanc, digne des films de SF des années 70. Presque le vaisseau de la Planète des Singes de 1968, Charlton Heston en moins…

Déstabilisant au départ, le décor s’avère être un très bon terrain de jeu pour notre équipe, à fouiller, courir, se précipiter sur les objets, tenter d’avancer à tout prix. Le résultat est étonnant, et n’a rien à voir avec les salles habituelles. Hormis trois ou quatre énigmes au sens classique du terme, le reste n’est qu’une succession d’observations et d’ouvertures de trappes, portes, loquets… Il faut regarder partout, saisir la logique de Destination Danger, et progresser. C’est incroyablement efficace, et nous passons un très bon moment, jusqu’à notre sortie épique en 46 minutes.

Si vous aimez les énigmes tordues et longues ou l’immersion extrême, cette salle n’est pas pour vous, mais si vous voulez jouer à l’instinct et prendre du plaisir, n’hésitez pas. Objectif Mars est atypique, ne ressemble à aucune autre salle, et nous a convaincus. Nous la recommandons pour des équipes de 4 ou 5 joueurs, sa conception risque d’être par contre plus problématique à 2 ou 3.

L’avis de Jelypat

16ème Escape Game à mon actif et pourtant, je ne me lasse toujours pas du concept. Après quelques déceptions, je reste pourtant toujours persuadé que la prochaine salle sera "LA" salle. Après quelques recherches sur le net et un briefing de notre cher Smy, je dois reconnaître que j’ai une légère appréhension...mais qu’importe, j’ai besoin de ma dose mensuelle. Une fois sur place, on est accueillis par une équipe très sympa mais légèrement échaudée par les précédents "avis de testeurs/blogueurs". Peu importe, nous leur faisons bien comprendre que nous sommes là pour nous faire notre propre avis. Ni une ni deux, on enfile notre tenue d’ingénieur-mécano de l’espace et on débarque dans une navette prête à exploser. Si si, une histoire de sabotage d’ogive nucléaire "what ev’" (comme disent les djeuns biberonnés aux séries US)... On n’est pas forcément convaincus par l’histoire mais après 46:10 minutes, le constat est clair : on s’est bien marrés, on a tenté des trucs, on s’est plantés, on a été guidés (juste ce qu’il faut/comme il faut), on a jubilé face à de petits mécanismes bien pensés, on s’est exclamés "mais putain on est cons !". Bref on a passé un vrai bon moment ...à 5 ! Car après 16 salles, l’ennui et le sentiment de se marcher dessus quand on "s’escape" me semblaient jusqu’alors presque inévitables (ouais j’ai inventé un verbe).

Je ne spoile personne en disant qu’il y a beaucoup de cadenas...et au final, je ne pensais vraiment pas dire ça d’une salle, mais ici les cadenas font partie de la "logique" de la salle et font même partie du fun de la salle (si si vraiment). Une fois que l’on a compris cette mécanique, tout "roule" (ou presque, on parle quand même de désamorcer 2 bombes nucléaire !!).

Pour conclure, non, DD n’est pas "LA" meilleure salle de Paris mais elle est loin d’être la plus mauvaise et s’en sort même haut la main en équipe de 5.

L’avis de Toma021

Tous les autres ayant largement digressé sur Destination Danger, sa réputation ou autre, je vais pour ma part me concentrer sur mon avis, tout simplement.

Je me suis franchement bien amusé. Objectif Mars est une salle ludique sur laquelle on s’organise à plusieurs et on s’amuse ensemble. Les énigmes requièrent souvent de la coopération et c’est tant mieux. Alors oui ça facilite sûrement la tâche d’être à 5 mais un léger crédit de temps peut être déverrouillé si vous faites la mission à 2. Du coup c’est faisable par tous. Surtout si vous défoncez tout comme nous ! (si on peut plus se vanter quand on explose un record...) Côté décors et ambiance j’ai été séduit dès le début. On n’est pas chez The Game et on le sait très vite mais des petits détails peuvent tout changer. Le fait d’enfiler notre combinaison, la première approche de la salle où l’on rentre par une "petite trape" de navette plutôt qu’une simple porte ou encore l’ensemble de l’intérieur de la navette que j’ai trouvé très réussi (et qui est, comme l’indiquait à juste titre Smy, un bel hommage aux films de SF comme 2001 ou Alien, dans son style épuré).

Voila, je vous conseille franchement cette enseigne et cette mission de sauvetage en provenance de Mars et pour ma part j’ai hâte de voyager dans le temps avec Docteur Qui.

Le site de Destination Danger

Par Fylodindon, le 7 octobre 2016

 

Ajouter un commentaire
Qui êtes-vous ? (optionnel)

Vous pouvez également vous inscrire sur le site pour vous connecter plus facilement.

Liste des raccourcis de mise en forme
Gras : <b>Texte</b>
Italique : <i>Texte</i>
Souligné : <u>Texte</u>
Barré : <strike>Texte</strike>
Code : <code>du code</code>
Image : <photo|lien=url de l'image>
Spoiler : <spoiler|texte=Kaiser Soze c'est Kevin Spacey>
Lien : <lien|lien=url de la page|texte=texte du lien> ou collez juste l'url
Recherche de tags ou mots-clés : <tags|texte=#nomdestags ou des mots à chercher sur le site>
Citation : <quote|auteur=nom de l'auteur cité|texte= texte de la citation>