Recherches à la con des internautesfylodindon

Me cherche plus, je suis là... coquin !

 

Nos sales pattes sur Fifa 15

Electronic Arts nous a récemment convié au Player’s, un bar sur les Grands Boulevards de Paris, pour y découvrir en avant-première la prochaine mouture de Fifa sur PS4 et Xbox One. Voici nos impressions…

Les events pour tâter du hands-on sur FIFA, depuis un certain temps, ce sont les seules invitations des éditeurs dont Polygamer n’a pas été banni. Alors cette année, pour la peine, on y a été à deux.

Bande annonce

Comme d’habitude l’événement commence par un discours de Sebastien Enrique et Nick Channon (producteurs ancestraux de la série) sur ce qui était foireux sur le précédent FIFA et à quel point celui à venir améliore tout, avec un détail du "tout". Enfin presque, une fois n’est pas coutume, cette fois le discours était accentué sur tout ce qui était bien sur le précédent FIFA et à quel point le prochain va être encore mieux. Et même qu’il sortira aussi sur PC (c’est con pour les constructeurs vu que FIFA 14 fait encore vendre des PS4 et des Xbox One aujourd’hui).

L’entrée en matière fut digne d’une présentation de David Cage avec une mise en avant de l’émotion. Oui, vous avez bien lu. Les réactions des joueurs et du public vont être un peu plus humaines dans le sens où quand Benzema va claquer un drop, CR7 va rager comme un porc sur lui. A l’inverse s’il réussi une belle frappe mais qu’elle est arrêtée par le gardien, ses coéquipiers vont l’encourager en l’applaudissant et/ou en le motivant. Aussi, si un même adversaire viendra lui chatouiller les chevilles à petits coups de taquet tout le long du match, on verra les deux joueurs se chamailler gentiment petit à petit. (Notez qu’on a pris l’exemple de Benzema mais que c’est valable pour n’importe quel joueur de n’importe quelle équipe. Comme par exemple Siaka Tiéné.) Côté public, on nous le promet plus réactif également selon les moments du match ou l’enjeu, de même que les commentaires plus en réaction à ce genre de paramètres (sûrement dans la langue de Shakespeare du moins, dans la notre on en doute un peu, ou alors pour FIFA 20...). Même les célébrations prendront en compte l’intensité de la rencontre. On a ainsi vu Ronaldo ou encore Messi se faire grimper dessus par toute leur équipe après une glissage sur les genoux suite à un but lors du Classico.

Une glissade qui nous aura fait nous demander si le terrain n’était pas dégradable en temps réel puisqu’elle laissait une traînée derrière le joueur. La confirmation s’en suivra quelques minutes plus tard, le terrain, au moins sur PS4/XB1, se dégrade en temps réel. Bordel ! 10 ans qu’on réclame ça dans tous nos articles, ça fait plaisir ! Et on peut vous dire que si ce n’est qu’un détail, il fait partie de ceux qui rendent les matchs plus réalistes à l’écran. C’est un vrai plaisir de voir toutes les traces de pas et de tacles s’accumuler sur le terrain au fil des minutes ou encore de voir les tenues des joueurs se salir en rapport à leurs gestes. D’ailleurs si nous n’y avons pas eu droit sur le hands-on, sous une pluie battante (remarquablement réalisée) c’est encore plus flagrant à l’image.

Visuellement si au premier abord l’évolution ne saute pas aux yeux, elles est pourtant notable lorsqu’on met FIFA 14 et FIFA 15 cote à cote. Le corps des joueurs est mieux modélisé, plus détaillé, les animations sont enrichies. Les grandes tignasses comme celle du néo Parisien David Luiz virevoltent au vent. De la poésie quoi. Y a même des pubs interactives sur le bord des terrains comme en vrai (EA en est visiblement très fier vu qu’ils ont fait quelques secondes de speech dessus...). Au rang des petits détails visuels, les poteaux de corner sont interactifs (ils bougent si on les bouscule), les poteaux des buts bougent un peu lors d’une grosse frappe de même que les barres à l’arrière des filets. Ouaip, on a vu des vidéos/diapos sur des poteaux qui bougent, qu’est-ce qu’y a ! ? En match on a aussi remarqué des petites animations supplémentaires sur les bords du terrain comme des cadreurs qui se déplacent (on a hâte de réussir à en toucher un avec le ballon pour voir).

L’I.A., sur le papier (rappelons que le hands-on dont on va vous parler plus bas s’est fait uniquement en Versus), a aussi eu droit à son lifting dans la continuité, avec des équipes qui sont sensées adopter différentes stratégies selon leur style ou les moments du match. Par exemple un système que les producteurs ont appelé "on gare le bus" voyait les joueurs d’une équipe s’entasser à 10 en défense et balancer à l’ancienne façon kick-and-rush vers l’unique attaquant de pointe qui n’avait d’autre solution que de frapper de loin. Ça promet d’être relou face à des équipes qui n’ont rien à foutre du beau jeu mais après tout si ça se confirme c’est plutôt réaliste. On nous a aussi promis une I.A. individuelle plus intelligente, par exemple lorsque vous vous retrouvez seul en défense face à un attaquant, votre coéquipier en charnière (ou le plus proche) fera l’effort pour venir couvrir juste derrière vous et limiter les risques pour que vous ne soyez plus ce fameux "dernier défenseur". C’est bien beau mais tout ça il n’y aura qu’une fois la manette en main face à l’I.A. qu’on pourra vraiment le vérifier.

Hands-On

A noter que le hands-on s’est fait sur XB1/PS4 sur une version terminée à 50-60%

L’avis de K.mi

Pad en main, même contre un adversaire humain, même quand il est aussi bourrin que Fylo, on constate une évidente évolution. Moins violemment que lors de la preview de FIFA 14 (qui n’avait rien à voir avec la version finale que vous connaissez tous), on se dit tout de même qu’on va devoir un peu réapprendre à jouer. Ou du moins, réapprendre à maîtriser. Parce qu’en soi le rythme est très proche de celui d’un FIFA 14 et que c’est surtout par rapport aux animations, plus riches, à la physique de balle, vraiment plus poussée, et à l’inertie des joueurs et de leur rapport avec le ballon, plus indépendants l’un de l’autre que jamais, que la différence se fait. Les possibilités de jeu et de dribbles (sans même parler des grigri de bâtards) semblent encore plus nombreux qu’avant et le contrôle du ballon parait plus dépendant des situations dans lesquelles sont les joueurs. Ça ne vous parle peut-être pas vraiment dit comme ça mais en jouant c’est carrément palpable et agréable. En tout cas aussi agréable que ça puisse paraître sur quelques matchs. Un FIFA, comme chacun sait, ça se juge sur la profondeur qu’amène les dizaines et les dizaines de parties.

L’aspect physique semble un peu plus présent dans le sens où jouer de l’épaule peut vraiment s’avérer efficace sur une flèche qui nous pile facile en vitesse. Ça n’exclu pas pour autant les débordements rapides mais j’ai eu la sensation qu’ils ne passaient pas systématiquement en un coup de stick droit. Le jeu de passes en une touche de balle m’a aussi semblé plus abouti, plus fluide, avec Dortmund j’ai pu faire quelques occasions vraiment classes que je ne réussie que très peu sur FIFA 14. Ça vient peut-être du fait que mon adversaire était nul (et ce n’était pas Fylo sur ce match, comme quoi y a toujours pire ailleurs) mais j’attribue surtout ça à la qualité des déplacements de l’I.A. des coéquipiers et de la palette d’animations enrichies (parfois certains gestes, jolis et efficaces, se font tout seul vraiment dans la continuité de notre volonté). Ça reste une fois de plus à confirmer sur la longueur, mais ça me parait prometteur.

Enfin, au rang des anecdotes, après un but incroyable de CR7 mis au PSG de Fylo ultra dominé (c’est encore plus jouissif), j’ai par je ne sais quel miracle réalisé une célébration où le Portugais métrosexuel s’est mis à 4 pattes avant de bien se cambrer en levrette attendant visiblement qu’un de ses amis footballeurs (voire tous les uns après les autres) vienne(nt) le récompenser d’une belle passe en profondeur... Ça nous a valu un bel éclat de rire, et on espère voire cette animation conservé dans la version finale ! (T’entends EA ! ?)

En résumé, en admettant qu’à l’inverse de l’année dernière cette version preview soit proche dans son gameplay de la version finale que l’on aura dans 4 mois, ce ne sera pas encore la saison prochaine qu’on décrochera du Saint Graal. La meilleure simu de foot de tous les temps risque à nouveau de se faire dépasser par sa petite sœur. Niveau gameplay je regrette simplement la conservation a priori telle quelle du fameux système de collision qui laisse donc place de temps à autres, comme dans FIFA 13 et FIFA 14, à des rétamages de gueules complètement débiles.

L’avis de Fylo

Pour commencer, le premier bond en avant de ce Fifa 15, c’est un bond graphique. Rien de fulgurant pour autant, il ne faut pas non plus trop rêver (de toute façon on sait maintenant que les nouvelles consoles n’ont rien dans le ventre). Mais on retrouve tout de même de nettes améliorations au niveau de l’éclairage, du terrain (il se dégrade, enfin !), des publicités désormais animées ou encore du public. Même les joueurs ont subi un petit lifting, notamment au niveau des épaules et du buste, pour leur donner un aspect plus athlétique. Ajoutez à cela, moult nouvelles animations (des joueurs qui trébuchent, jouent de leur corps, j’ai même réussi à m’emmener la balle d’une petite aile de pigeon bien kiffante…) et vous obtenez un titre qui fait vraiment plaisir à regarder, y compris lorsque vous n’avez pas la manette en mains. Mais plus que sur son aspect visuel, c’est avant tout sur son gameplay qu’on juge un FIFA. Et à ce niveau, s’il est bien entendu trop tôt pour se prononcer, d’autant plus que le jeu est susceptible de pas mal bouger encore d’ici la sortie, force est de constater que les sensations qu’il procure sont inédites et déjà plus grisantes qu’avec le millésime 2013/14.

Et c’est encore une fois dans l’impact physique, qu’on ressent une vraie profondeur. Ce jeu physique a toujours été l’atout de la franchise d’EA Sports, surtout en comparaison de son rival PES, mais jusqu’alors la construction du jeu restait malgré tout basée sur la vitesse et les contres. Une flèche offensive suffisait quasiment à lui seul, à mettre à mal les meilleures défenses du monde. Désormais, la force brute semble enfin trouver sa place. Il m’a suffi de quelques interventions défensives avec Thiago Silva pour ressentir un véritable sentiment de force tranquille jusque-là inédit dans un jeu vidéo. Un bon coup d’épaule, un tacle bien senti, et O’ Monstro n’a jamais aussi bien mérité son surnom. D’autant plus que les interventions déclenchées automatiquement pas l’I.A., sans qu’on demande quoi que ce soit, permettent de palier à certaines de nos errances. Dès lors, on imagine déjà qu’une hiérarchie parmi les joueurs à vocation défensive, devrait s’installer. Il faut dire que si on ressent bien l’impact des meilleurs milieux défensifs dans les précédents millésimes, je suis moins convaincu par l’influence des défenseurs, et notamment des centraux. D’autant plus lorsque les meilleurs d’entre eux se font constamment prendre de vitesse, par des petits jeunes rapides et agiles.

Côté technique (de jeu, pas du jeu), j’ai l’impression que les choix de passes sont plus nombreux et étoffés. Est-ce grâce à une meilleure gestion des passes ou à une I.A. plus poussée capables de varier d’avantage ses appels ? Sans doute un peu des deux, mais les transversales par exemple, semblent plus efficaces, et les passes en profondeur ne vont plus systématiquement en touches lorsqu’elles sont faites à proximité des lignes blanches. Idem pour les débordements sur les ailes, où le syndrome du « coup de stick de trop » prompt à pousser la balle en sortie de but sur le dernier coup de rein, m’a semblé avoir disparu. Reste encore quelques choix curieux, et notamment cette propension qu’a le jeu depuis toujours, à vouloir systématiquement chercher la passe vers l’avant plutôt que la passe latérale. Mais dans l’ensemble on sent que EA a voulu nous offrir un contrôle accru de l’action, tout en restant dans l’esprit « imprévisible » de FIFA 14, avec des contrôles pas toujours maitrisés et des passes pas forcément au cordeau, à l’instar du vrai foot, quoi. Ça promet...

Par Fylodindon, K.mizol, le 9 juin 2014

 

Ajouter un commentaire
Qui êtes-vous ? (optionnel)

Vous pouvez également vous inscrire sur le site pour vous connecter plus facilement.

Liste des raccourcis de mise en forme
Gras : <b>Texte</b>
Italique : <i>Texte</i>
Souligné : <u>Texte</u>
Barré : <strike>Texte</strike>
Code : <code>du code</code>
Image : <photo|lien=url de l'image>
Spoiler : <spoiler|texte=Kaiser Soze c'est Kevin Spacey>
Lien : <lien|lien=url de la page|texte=texte du lien> ou collez juste l'url
Recherche de tags ou mots-clés : <tags|texte=#nomdestags ou des mots à chercher sur le site>
Citation : <quote|auteur=nom de l'auteur cité|texte= texte de la citation>