Citation

La France qui se lève tôt... pour acheter ses jeux

 

Les 10 Commandements du Siègeur

Avec Rainbow Six : Siege, Ubisoft bouscule le petit monde du FPS compétitif. Voici donc les règles de base à retenir pour parer à toutes les situations de crise...

#1 – La mission, tu consulteras

Après avoir trouvé des adversaires ainsi que d’éventuels coéquipiers (s’il y a lieu), le jeu vous indique dans quel mode et sur quelle map vous allez vous écharper, via un écran de chargement relativement court. Certains se sont fait une spécialité de ne pas y faire gaffe (hein Nachar ?), alors que c’est pourtant une information essentielle qui conditionnera la sélection de votre opérateur. En effet, dans le cas d’une extraction d’otage, il est très fortement déconseillé de prendre FUZE, pour la simple et bonne raison que ses grenades lancées à l’aveugle dans la pièce où sont stationnées les unités ennemies, ont de fortes chances de buter l’otage et ainsi mettre un terme prématuré à la partie. Si FUZE ne peut décemment pas être pris par les attaquants, alors l’utilité de JAGGER en défense laisse fortement à désirer. En effet, le principal intérêt de ce dernier, c’est son filet anti-grenades, seul capable de contrer FUZE efficacement. De plus, si vous jouez en conquête de zone ou désamorçage de bombes sur l’une des grandes maps (Club House, Canal…) il peut être judicieux d’opter pour IQ, dont le détecteur d’électronique vous fera gagner de précieuses minutes pour dénicher l’emplacement de l’objectif. Ah, et pour les plus bourrins d’entre vous qui hésiteraient : TACHANKA EST INUTILE DANS TOUS LES CAS !!!

#2 – Ton temps, tu prendras

Une manche de Rainbow Six : Siege est limitée par le temps ; en l’occurrence, 4 minutes. Mais quatre minutes c’est long, vous savez. Inutile donc de vous précipiter à l’assaut de l’objectif, car c’est 45 secondes que risque de durer votre partie. Dans ce jeu, il faut prendre son temps. Inspecter chaque coin et recoin possible avant de passer une porte ou une fenêtre. Et même lorsque vous êtes certains qu’il n’y a personne, vérifiez à nouveau. Ce n’est qu’après, et seulement après que vous pourrez entrer. Et encore, il est tout de même préférable d’être accompagné pour investir les lieux par plusieurs points ou, au pire, être vengé par votre coéquipier. Par contre, quand il reste 15 secondes, là faut rusher. Je préfère préciser car aux vues de mon expérience, j’ai parfois l’impression que pour certains, c’est le contraire. A ce propos, s’il faut bien prendre son temps en attaque, c’est tout aussi vrai (voire peut-être même plus) en défense. Là encore, il faut surveiller chaque angle de vue, rester constamment sur le qui-vive et ne pas se balader dans les étages. Le temps joue en votre faveur lorsque vous défendez, inutile donc de courir après les attaquants égarés pour flatter votre ratio. On s’en branle de votre ratio !

#3 – Des trous, tu feras

L’une des grandes particularités de Rainbow Six : Siege, c’est son moteur de destruction. Car à part les murs porteurs et les quelques meubles et objets qui trainent (c’est un peu con d’ailleurs, de ne pas pouvoir utiliser la destructibilité des éléments du décor… type voiture, canapé, etc.), le reste est intégralement ou partiellement destructible. Alors j’imagine qu’il est bien évident que faire péter une porte, une fenêtre ou une trappe parlera à tout le monde. Mais sachez aussi que vous pouvez très bien faire un petit trou avec la crosse de votre fusil, pour lorgner dans le couloir et faire feu sur l’ennemi s’il a le malheur de passer dans le coin. Il en va de même pour les plafonds, alors n’hésitez pas à tirer lorsque vous entendez des bruits de pas au-dessus de vous, une balle perdue c’est vite arrivé et ça fera toujours rager celui qui l’a trouvé.

#4 – T’enfermer, tu éviteras

Lorsqu’on joue en défense, le réflexe de beaucoup de néophytes, c’est de s’enfermer dans la pièce et de surveiller tous les points d’entrée. Toutefois, entre le lance-patate de FUZE (cf. 1er commandement), les armes et accessoires des différents opérateurs présents, la destructibilité du décor (cf. 3ème commandement) et les très nombreuses possibilités d’accès à l’objectif, cette tactique se termine généralement en massacre pur et simple des défenseurs. Il est donc préférable de sceller au mieux les accès d’une partie de la pièce, tout en gardant une entrée ouverte afin de voir l’adversaire arriver, se garder une échappatoire au besoin ou, tout simplement, de pouvoir sortir de la pièce facilement afin de contourner l’équipe adverse. Cependant, s’il est préférable de ne pas condamner tous les accès, rien ne vous empêche par contre d’y disposer des barbelés au sol, afin de ralentir la course des assaillants, puisque vous et vos coéquipiers ne serez pas impactés.

#5 – Penché, tu viseras

Présent dans les FPS depuis bien des années, le leaning fait partie de ces particularités simples et efficaces qui ont disparu, on ne sait trop pourquoi, des FPS moderne (un peu comme la localisation des dégâts, quoi). Dans un jeu au rythme lent, basé sur le Close Combat, il était primordial que cette fonctionnalité soit implémentée dans le jeu, et ça les développeurs d’Ubisoft l’ont parfaitement compris. Alors je sais que vous avez perdu le réflexe depuis, mais par pitié, ne passez jamais une porte, une fenêtre ou un croisement de couloir sans vous pencher au préalable pour améliorer votre angle de vision et éviter les mauvaises surprises. Alors bien sûr, ça ne garantit en rien votre sécurité. Les angles morts sont certes amoindris, mais ils restent bien réels, et les adversaires savent généralement se planquer pour vous surprendre au moment où vous vous y attendez le moins. Mais avec le leaning, vous réduirez drastiquement les chances que ça soit votre jauge de vie… qui se réduise drastiquement.

#6 – Les caméras, tu détruiras

Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais les petites boules noires en hauteur, qui parfois s’illuminent de loupiottes rouges, ce n’est pas pour la déco. Il s’agit en effet de caméras placées aux endroits stratégiques de la map, permettant aux défenseurs d’identifier l’activité dans l’enceinte du bâtiment (voire à l’extérieur). Elles sont utilisables de deux manières différentes : Soit vous êtes en vie et vous pouvez y accéder d’une simple pression sur le bas de la croix directionnelle. Soit vous êtes mort et vous y avez un accès illimité (vous n’êtes pas pressé par la promiscuité avec l’ennemi, vu que vous n’avez plus rien à craindre) pour communiquer l’emplacement des adversaires à vos coéquipiers, voire même de les marquer d’un gros intel rouge visible de tous les joueurs encore en course. En clair, lorsque vous êtes assaillant, la priorité c’est de les éliminer, et de préférence avec un flingue muni d’un silencieux (quitte à cacher votre présence, autant éviter de tirer au canon). En plus, la position de ces caméras étant fixe d’une partie à l’autre, vous n’avez aucune excuse pour ne pas connaitre par cœur leur emplacement.

#7 – Ton drone, tu cacheras

Si les défenseurs peuvent utiliser à leur avantage les caméras disposées sur la map. Les attaquants ne sont pas en reste, puisque chacun d’eux dispose de deux drones motorisés, équipés de caméra. Le premier est automatiquement lancé durant la phase de préparation qui précède un assaut. Pendant que les défenseurs s’attèlent à fortifier leur emplacement, les assaillants ont pour but de déterminer la position du ou des objectifs. Mais ce n’est pas parce que vous avez trouvé l’otage ou la bombe à désamorcer, que le boulot de votre drone est terminé. S’il est encore en état de rouler, essayez de le planquer dans l’environnement le plus discrètement possible, afin qu’il vous offre une vue plus ou moins dégagée de la zone fortifiée. Vous déterminerez ainsi la position des défenseurs en temps réel et faciliterez grandement votre assaut. En outre, si votre premier drone est mal placé ou s’est fait mettre hors d’état de nuire par la défense (brouilleur, barbelés électrifiés ou simple balle dans la tronche), n’oubliez pas que vous en avez un second en stock. N’hésitez jamais à l’utiliser, au moindre moment de calme apparent. D’abord parce que c’est toujours plus safe que de passer une porte à l’aveugle, en priant qu’un connard ne soit pas bien sagement planqué à vous attendre. Ensuite car il permettra à vos coéquipiers décédés de voir le champ de bataille à travers ses yeux mécaniques, et donc de vous guider dans votre assaut. Enfin, évitez tant que possible de marquer les ennemis, sauf en cas d’extrême proximité avec l’un de vos alliés. Car lorsqu’ils sont marqués, ils en sont immédiatement informés. Et le meilleur moyen d’aider vos potes, c’est encore quand l’adversaire ignore que vous le regardez.

#8 - Sur les drones adverses, tu ne te jetteras

On l’a vu donc, les drones des assaillants sont aussi pratiques et salvateurs pour eux, qu’ils ne sont une menace pour la défense. Pour autant, ce n’est pas pour cela qu’il faut passer toute la durée de la phase de préparation à leur courir après. D’une part, parce que les balles perdues sont monnaie courante et que tirer au pompe sur un drone en mouvement reste le meilleur moyen pour coller une balle dans le pied de votre coéquipier. D’autre part, parce que vous avez tout simplement autre chose à foutre, comme renforcer portes, fenêtres et murs, et utiliser si nécessaire, vos accessoires d’opérateurs (poser les gilets pare-balle pour ROOK, électrifier les murs et barbelés pour BANDIT, poser les brouilleurs ou piéger les issues pour MUTE et KAPKAN…). Bien entendu, si vous avez un drone en vue, collez-lui une balle (préférez le pistolet, pour économiser les munitions et minimiser les dégâts collatéraux si vous touchez un équipier). Vous pouvez même le courser deux secondes s’il essaie de filer. Mais ne perdez pas trop de temps. Ce n’est qu’une fois prêts à accueillir les assaillants, que vous pourrez rechercher ces sales bêtes qui campent à proximité.

#9 – Dans ton casque, tu parleras

Alors je ne sais pas si t’es au courant, mais Rainbow Six ce n’est pas Call of Duty. J’aime beaucoup le multi de CallOf, là n’est pas la question. Mais ce n’est tout simplement pas le même jeu. En individuel, vous n’arriverez à rien ici. Pour mettre toutes les chances de votre côté, vous n’aurez d’autre choix que de jouer en équipe. Et qui dit TeamPlay, dit forcément communication. Donc si t’es timide, personne ne t’oblige à raconter ta vie, mais branche au moins ton casque pour marmonner un simple « escalier », « fenêtre » ou autres « bouclier », pour informer tes coéquipiers de la menace qui s’apprête à leur tomber sur le coin de la gueule. De plus, si tu es muet, que tu n’as pas de casque (ou un adaptateur merdique comme certains) ou que t’as vraiment trop honte de ta voix de crécelle, n’oublie pas également qu’avec la croix directionnelle gauche, tu peux désigner un point d’un intel jaune (qui disparait au bout de trois secondes). C’est pratique pour désigner un truc important (lorsque t’as posé tes gilets et que tout le monde se barre sans s’en équiper), la position d’un ennemi ou une brèche dans un mur ou une fenêtre. Par contre, une fois mort tu ne pourras plus marquer qui ou quoi que ce soit. On en revient donc toujours au même : Parle !

#10 - Des opérateurs, tu achèteras

C’est un peu le principe du jeu, mais je préfère le rappeler : Il existe 20 opérateurs à débloquer dans Rainbow Six : Siege. Alors certes, je peux comprendre que tu aies ta préférence pour l’un d’entre eux, on a tous notre chouchou. Mais ce n’est pas une raison pour faire ton radin avec les points de renom (la monnaie virtuelle du jeu). Car, on l’a vu avec le premier commandement, il est parfois nécessaire d’opter pour un opérateur plutôt qu’un autre, en fonction de la partie. Mais aussi et surtout, tu n’en as pas les droits exclusifs ! Comprends par là que si un autre joueur te le pique sous le nez, tu te retrouveras comme un gros noob à jouer avec une recrue. Tu pénaliseras alors toute ton équipe. Donc pour parer à toutes éventualités, mieux vaut avoir dans ton escarcelle, au moins trois attaquants et trois défenseurs.

- En bonus, je te rappelle également que le friendly fire est de rigueur dans ce titre. Donc comme d’hab, tu te baisses si t’es aux avant-postes et t’évites de squatter la ligne de tir de tes potes, tu seras gentil...

Par Fylodindon, le 20 janvier 2016

 
Avatar de pissenlit

sisi la famille

pissenlit, le 1er février 2016 à 17h51

Ajouter un commentaire
Qui êtes-vous ? (optionnel)

Vous pouvez également vous inscrire sur le site pour vous connecter plus facilement.

Liste des raccourcis de mise en forme
Gras : <b>Texte</b>
Italique : <i>Texte</i>
Souligné : <u>Texte</u>
Barré : <strike>Texte</strike>
Code : <code>du code</code>
Image : <photo|lien=url de l'image>
Spoiler : <spoiler|texte=Kaiser Soze c'est Kevin Spacey>
Lien : <lien|lien=url de la page|texte=texte du lien> ou collez juste l'url
Recherche de tags ou mots-clés : <tags|texte=#nomdestags ou des mots à chercher sur le site>
Citation : <quote|auteur=nom de l'auteur cité|texte= texte de la citation>