Citation

Polygamer, l’amour du jeu vidéo, seul ou à plusieurs, sur le canapé ou dans le fond d’un lit

 

Guacamelee !, la nalyse

Humour débile et profondeur de jeu exemplaire au programme.

La nalyse n’est pas systématiquement raccord avec l’actu, elle n’est pas objective, ce n’est pas une fiche technique, elle ne fait pas de détails ou en donne tout plein selon l’humeur, elle n’est pas faites pour influencer tes achats de consommateur fou parce qu’elle n’en tirerait aucun intérêt, elle est juste écrite pour te faire partager mes goûts à moi, ton K.mi qui t’aime (un peu comme un gosse qui fait popo et qui est fier et émerveillé de le montrer à tout le monde.)

Je vous l’introduis tout entier

Alors qu’une version "Super Turbo Champion" a été récemment annoncée sur les nouvelles consoles, j’ai eu envie de voir ce qu’il en retournait de cette exclu PS3/Vita/PC. D’autant qu’avec un titre pareil, ça sentait l’humour bien con et donc de quoi passer un bon moment.

Le pitch dans ta potch

Un squelette mal intentionné chourre la meuf d’un mexicain, Juan, qu’il tue en quelques secondes. Alors que notre moustachu pénètre dans le royaume des morts, on lui file un masque de luchador qui le ramène à la vie pour se venger à coups de tatanes et de suplex surpuissant.

Attardons-nous là-dessus (enfin, moi, surtout…)

Guacamelee !, vous l’aurez compris, use à mort de tout le folklore mexicain à travers un platformer/action bien senti. La direction artistique très dessin animé donne une pêche d’enfer à ce titre de Drinkbox qui aligne vanne sur vanne en ayant l’insolence de proposer un gameplay d’une maîtrise Nintendoesque. Si lors des premiers instants on a un peu peur de jouer à une espèce de beat’em all qui peut devenir chiant, on se rend bien vite compte que la profondeur de jeu ne s’arrête que lors des crédits de fin. D’une paire de claques à distribuer on passe progressivement à une jolie poignée de coups faible et puissants qui débloquent de nouveaux endroits sur la carte. Sans oublier la possibilité de se transformer en poulet (oui) pour se faufiler dans des endroits restreints, le pouvoir d’alterner entre royaume des morts et des vivants, double saut, accroche sur les murs, ou encore fusée horizontale et verticale.

On se retrouve ainsi dans un cocktail de débilités visuelles tordantes à suer comme un boeuf devant les skills que demandent certains passages. Du challenge, Guacamelee ! en propose avec en prime des boss que l’on devra apprendre par coeur, à l’ancienne, pour pouvoir réussir à les terrasser. Certes, vous qui venez de la génération 8 et 16 bits, vous pourrez éventuellement protester mollement en disant que finalement ce n’est qu’un skin d’une trouzaine de putains de bons platformers burnés de l’époque. Vous n’aurez pas totalement tort mais des aussi bons il n’y avait que dans les années 90 qu’il en sortait régulièrement. Et c’est sans compter sur le dépaysement total et particulièrement jovial des innombrables clichés mexicains dont regorgent le jeu. Ainsi que de la possibilité de jouer à deux en coop’ local. 6/7 heures suffisent pour en venir à bout, c’est sûrement le seul vrai bémol de ce Guacamelee ! sorti en avril 2013 et qui malgré toutes ses qualités est un peu passé inaperçu. Rattrapez le temps perdu, ça vaut le coup.

Par K.mizol, le 10 janvier 2014

 
Avatar de Toma021

Il était gratuit sur le PS+ le mois dernier et je ne l’ai même pas pris. T’as le chic pour me faire regretter les choses...

Toma021, le 11 janvier 2014 à 11h31
Avatar de Frensoa

La fille dont tu étais secrètement amoureux au lycée aurait craqué pour toi si tu avais fait le premier geste pendant l’été entre la 1ère et la terminale.

Frensoa, le 11 janvier 2014 à 19h05
Avatar de Younz

Et c’est bourré de références débiles à d’autres jeux !

Younz, le 12 janvier 2014 à 08h20
Avatar de Toma021

Cool en fait il est toujours gratos sur PlayStation plus. Je comprends rien mais c’est bien.

Toma021, le 15 janvier 2014 à 21h46
Avatar de Toma021

Fini hier et il est vraiment très sympa même si certaines phases de plateforme sont vraiment très chaude. Y’a un niveau où j’ai failli arrêter pensant ne jamais réussir un enchainement de saut.

Toma021, le 14 février 2014 à 14h03
Avatar de Fylodindon

Et à deux c’est relou... T’es obligé de laisser le mec centré par la caméra se démerder parce que sinon tu plateformises à l’aveugle.

Fylodindon, le 14 février 2014 à 18h23

Ajouter un commentaire
Qui êtes-vous ? (optionnel)

Vous pouvez également vous inscrire sur le site pour vous connecter plus facilement.


Liste des raccourcis de mise en forme
Gras : <b>Texte</b>
Italique : <i>Texte</i>
Souligné : <u>Texte</u>
Barré : <strike>Texte</strike>
Code : <code>du code</code>
Image : <photo|lien=url de l'image>
Spoiler : <spoiler|texte=Kaiser Soze c'est Kevin Spacey>
Lien : <lien|lien=url de la page|texte=texte du lien> ou collez juste l'url
Recherche de tags ou mots-clés : <tags|texte=#nomdestags ou des mots à chercher sur le site>
Citation : <quote|auteur=nom de l'auteur cité|texte= texte de la citation>