Citation

Polygamer, l’amour du jeu vidéo, seul ou à plusieurs, sur le canapé ou dans le fond d’un lit

 

Il était une pièce - La pièce

Alice, Lewis Carroll et l’Angleterre du XIXè siècle furent le décor de notre premier Escape Game, il y a bien longtemps déjà. Enfoncez vous dans le terrier et tombez avec nous dans ce puits apparemment très profond…

Cet Escape Game a une saveur très particulière pour certains membres de notre équipe, il est notre première dose, notre madeleine, le tout début d’une passion. A tel point que j’ai décidé d’écrire cet article un an et demi après l’aventure, en essayant de retranscrire le plus fidèlement ce que nous avions ressenti à l’époque. Pour m’aider dans cet exercice de mémoire, je suis retourné en mai dernier revoir la salle, et j’ai été de nouveau accueilli très chaleureusement par Chloé. Me replonger dans l’intérieur de la room, même pour quelques minutes, a ravivé de nombreux souvenirs. Autant vous prévenir tout de suite, cet article risque de ne pas être vraiment objectif, mais les autres le sont-ils ?

La pièce a été créée fin 2014 par Chloé, épaulée de Fibre Tigre pour la conception des énigmes. Si la surface a été agrandie depuis, elle est toujours dans une petite rue perpendiculaire au boulevard de Strasbourg. Les bureaux sont encore plus agréables aujourd’hui, plus spacieux, et décorés d’un surprenant et très réussi feuillage en papier.

Retournons maintenant à l’époque de notre aventure, qui semble tout récente tant elle a été marquante pour nous. L’usage du présent est évidemment de rigueur pour ce petit voyage dans notre passé de joueurs…

Notre équipe se retrouve en cet hiver 2014-2015 à l’adresse indiquée, la devanture est totalement opaque, seul le grand logo « La Pièce » est visible de l’extérieur. Un peu intimidés, nous sonnons à la porte, entrons, et sommes reçus par Chloé. Elle nous invite à nous asseoir pour nous présenter son Escape Game et nous mettre en confiance, quelle idée nous a traversé l’esprit ! La discussion arrive assez rapidement sur le jeu en lui même et sur ses règles. Il n’y a que quatre ou cinq petites notions à retenir, c’est simple. Nous les répétons pour bien les mémoriser, mais bizarrement, l’une d’elles reste bloquée quelque part entre les tympans et le cerveau, et se perd en route…

Il était une pièce

Vous allez pénétrer dans le bureau de Lewis Carroll et découvrir le lieu qui a vu naitre « Alice au pays des merveilles ». Mais ce retour dans l’Angleterre du XIXè siècle ne sera pas simple, et il n’est pas certain que vous puissiez en sortir.

Nous descendons des escaliers très sombres, à la lueur d’une bougie, et arrivons dans un petit bureau plongé dans le noir. La porte se ferme et la voix de Lewis Carroll résonne dans la pièce. Il nous prend pour Alice, étrange… Nous trouvons de quoi allumer la lumière, ce qui révèle instantanément une pièce joliment décorée. Plusieurs meubles et de nombreux objets sont présents. Nous tournons un grand sablier de 60 minutes qui marque le début du jeu.

Un peu surpris et forcément désorganisés, nous fouillons et découvrons un grand plaisir à tout retourner et à dévoiler les nombreuses cachettes de cette salle. Chloé nous disait de ne pas faire confiance à nos coéquipiers pour la fouille, et cela se révèle très utile. Certains objets n’apparaissent en effet qu’au troisième ou quatrième passage, comment est-ce possible ?

Les énigmes sont variées, et mêlent observation, réflexion et coopération. Certains éléments High-Tech sont intelligemment insérés dans la progression, et ne paraissent pas sur le moment anachroniques, même si l’un d’eux ne sera pourtant conçu que cinquante ans plus tard. Nous rencontrons aussi des cadenas, ce qui est logique pour une room de 2014, mais cela ne nous parait pas excessif (il est cependant difficile de nous prononcer avec exactitude sur ce point aujourd’hui). La room n’est pas linéaire et réserve plusieurs surprises, et peut-être même des pièges…

Le fameux point de règle oublié est qu’un objet ne peut servir ici qu’une fois, et nous nous acharnons à essayer d’en réutiliser un qui trône fièrement sur la table. Notre Game Master tente de communiquer avec nous par un élément de décor très bien vu, mais dans le feu de l’action nous ne remarquons rien. Elle est obligée de faire retentir de nombreuses fois une petite sonnerie, jusqu’à ce que l’un de nous lève la tête et découvre avec un grand sourire cet étonnant moyen de communication. Nous n’oublierons plus jamais cette règle !

L’immersion et l’ambiance sont réussies, et certaines parties du décor ont été encore améliorées depuis l’ouverture de la salle. Une bande son, des bruitages, un éclairage étudié apportent la touche finale.

Nous bloquons à quelques minutes de la fin sur une énigme un peu complexe, mais notre magicien en cadenas nous permet de franchir victorieusement la porte en 57 minutes. Lors de la réservation, nous n’avions pas tout à fait réalisé que cet Escape Game était difficile avec son taux de 30%. Nous essaierons à l’avenir de ne pas reproduire cette méthode digne d’Houdini.

Le debriefing est agréable, et nous pouvons discuter de nos petites erreurs de débutants. Cela se fait avec beaucoup de passion, Chloé nous conseille même d’autres salles, c’est le début de notre perdition !

18 mois plus tard, l’ambiance semble toujours aussi joyeuse, il y a juste plus de monde et de la place pour deux futures salles. Plusieurs améliorations de « Il était une pièce » ont été réalisées, tant sur les décors que sur la fouille et les énigmes. Le taux de réussite est maintenant de 50%, et cet Escape Game se destine donc à tous les joueurs.

La nouvelle salle qui devait ouvrir au printemps 2015 semble enfin arriver, j’ai pu en visiter l’emplacement. Il est prévu que les décors soient construits par des spécialistes de cinéma en extérieur, puis démontés et remontés sur place. Si tout va bien, cette room tant espérée ouvrira à la rentrée. Nous l’attendons avec impatience.

– Voudriez-vous me dire, s’il vous plaît, par où je dois m’en aller d’ici ?
– Cela dépend beaucoup de l’endroit où tu veux aller.
– Peu importe l’endroit…
– En ce cas, peu importe la route que tu prendras.
– …pourvu que j’arrive quelque part, ajouta Alice en guise d’explication.
– Oh, tu ne manqueras pas d’arriver quelque part, si tu marches assez longtemps.

L’avis de Toma021

Je pense que notre première fois ne s’oublie pas mais que l’on n’en a pas forcement un souvenir proche de la réalité. A partir de ce constat, je suis bien d’accord avec Smy pour dire que notre avis sur "La pièce" ne peut pas être objectif. Rempli de nostalgie qui fausse notre vision "La pièce" conserve une place de choix dans notre cœur. Très bon accueil, ambiance soignée et magie de la découverte, tout était en tout cas au rendez-vous.

Je ne pourrai pas en dire beaucoup plus sur cette expérience agréable d’un dimanche de Janvier. Mais a trop jouer avec des aventures psychédéliques comme Alice on devient vite accro. Alors, un seul avertissement, gare aux risques d’addiction.

Le site de La Pièce

Par smy, le 25 juin 2016

 

Ajouter un commentaire
Qui êtes-vous ? (optionnel)

Vous pouvez également vous inscrire sur le site pour vous connecter plus facilement.

Liste des raccourcis de mise en forme
Gras : <b>Texte</b>
Italique : <i>Texte</i>
Souligné : <u>Texte</u>
Barré : <strike>Texte</strike>
Code : <code>du code</code>
Image : <photo|lien=url de l'image>
Spoiler : <spoiler|texte=Kaiser Soze c'est Kevin Spacey>
Lien : <lien|lien=url de la page|texte=texte du lien> ou collez juste l'url
Recherche de tags ou mots-clés : <tags|texte=#nomdestags ou des mots à chercher sur le site>
Citation : <quote|auteur=nom de l'auteur cité|texte= texte de la citation>