Citation

En fait on voulait faire un site de vente d’imprimantes à la base

 

Autopsie d’un héros mort

Mario, Sonic, Lara Croft ou encore Masterchief, l’histoire du jeu vidéo est émaillée des noms de ces héros indémodables. Pourtant aujourd’hui, à l’heure de la relève, plus personne ne semble taillé pour porter l’industrie sur ses épaules. A qui la faute ?

Aux éditeurs

Le point commun de la plupart des grands héros du jeu vidéo, c’est qu’ils possèdent tous un physique hors norme. Que ça soit Mario avec sa salopette rouge ou Lara et son petit cul dans son short moulant, ils sont reconnaissables entre mille. Seulement de nos jours, les éditeurs ont perdu leur mojo, leur créativité frise le néant et le plagiat du voisin est devenu une pratique récurrente. Souvenez-vous, il y a encore peu de temps on voyait fleurir des personnages copiés/collés, des mecs bodybuildés aux crânes rasés qui se la jouait bad guys. Ça a commencé avec Sam Fisher dans Double Agent, puis les copies ont suivies : Cole, d’Infamous, Sheppard de Mass Effect ou encore Max Payne, du troisième opus éponyme… Même Niko Bellic de GTA IV n’y a pas échappé. Encore aujourd’hui, où les éditeurs se disent que finalement les cheveux ce n’est pas si mal, les héros de jeu vidéo ont du mal à imposer un look, une gueule. La plupart ont autant de charisme qu’un geek a de partenaires sexuels et les clichés se multiplient plus vite que les morbacks dans les poils pubiens de Nabilla. Prenez les grands jeux de l’année passée par exemple : The Last of Us, met en scène un ersatz d’Ellen Page, qu’on retrouvait également (mais de manière officielle cette fois) dans Beyond two souls. Dans Black Flag, le joueur incarne une sorte de beau-gosse-surfeur-rebelle à la con, le genre de look qui fait craquer les midinettes mais qui s’avère être aux antipodes de l’idée qu’on se fait d’un pirate (Sans parler d’Arno, le héros d’Unity et sa gueule passe-partout). Et si quelqu’un a une idée d’à quand remonte la dernière héroïne charismatique, qu’il me fasse signe. A une époque où les suites font l’essentiel de la production vidéoludique, c’est quand même paradoxal de ne plus trouver un seul héros capable d’en imposer. Il faut dire que lorsqu’on veut créer un personnage de toutes pièces, la clé de voute, plus encore que le charadesign, c’est l’écriture. Et des studios qui savent écrire, c’est un peu comme les ovnis : Tout le monde pense en avoir déjà vu, mais en réalité ça n’existe pas.

A la société

Cette déchéance de l’individualité dans le jeu vidéo, est aussi le reflet de la société d’aujourd’hui. Il suffit d’ailleurs de mettre le nez dehors pour s’en apercevoir. Les clones se répandent en ville comme une trainée de poudre, tous habillés de la même façon, avec leur look de hipster à la con : Coupe Vivel Dop sur le crâne, casques Beats sur les oreilles et Candy Crush sur leur iPhone. Qu’il s’agisse de l’école, des politiques ou des grandes corporations qui façonnent notre monde, tous se sont appliqués à réduire le libre arbitre à peau de chagrin. Résultat, qu’est-ce qui différencie deux individus du même âge et du même sexe ? La couleur de ses Nike (et encore) ! Le problème, c’est qu’avec la technologie actuelle et le jeu vidéo qui tend à se rapprocher du photoréalisme, les développeurs ont une fâcheuse tendance à nous pondre des héros au look d’acteurs de pub. Il n’y a qu’à voir le personnage d’Infamous : Second Son, avec sa tronche de Justin Bieber qu’on a envie de claquer. C’est ça qui fait rêver les jeunes de nos jours : La bogossitude version télé-réalité, où l‘intellect d’un homme est inversement proportionnel à ses tablettes de chocolat (marche aussi avec les femmes et la taille de leur bonnet). C’est malheureux, c’est lamentable même, mais c’est ainsi. La société est devenue un kleenex, qu’on use et qu’on jette immédiatement après, et le jeu vidéo suit son exemple. Assassin’s Creed change de héros chaque année (voire deux fois par an), Borderlands a revu l’intégralité de son casting, Battlefield et Call of Duty font preuve d’une impersonnalité propre au corps militaire qui les fait vivre et même Nathan Drake (Uncharted) a du mal à se séparer de son image de John Mc Clane vidéoludique. Quand on voit que les héros de ce monde moderne s’appellent Steve Jobs ou Mark Zuckerberg, faut pas s’étonner que nos avatars vidéoludiques ne ressemblent plus à rien.

Aux joueurs

Et si finalement, la faute en incombait aux joueurs ? Car c’est bien beau de râler (et dieu sait que le joueur est un râleur), mais le seul qui a son mot à dire dans tout cela, c’est bel et bien le joueur. C’est lui décide de ce qui marche et ce qui ne marche pas. Il serait peut-être temps qu’il se responsabilise. En effet, pour gueuler sur la recrudescence du DLC, des Season Pass et de la microtransaction y a du monde, mais si c’est pour pécho en scred le dernier Map Pack Callof ou des costumes sexy pour (dés)habiller Chun-li, ça ne sert plus à rien. Il en va de même pour les univers qu’on nous propose. Ça va souffler dans les chaumières du trop-plein de nazis dans les FPS ou de la surabondance des zombies dans les jeux d’action. Mais dès qu’on nous propose un univers un tant soit peu original, de la SF sans aliens stéréotypés ou de l’Heroic-Fantasy sans orcs et elfes, plus personne n’est prompt à investir ses deniers. On leur préfère les valeurs sûres et indémodables, tout comme on préfèrera un bon Mc Do rabougri à un burger fait-maison, avec ses vrais oignons, sa véritable salade et son steack haché à base de viande. De la même manière que les standards chez les jeunes d’aujourd’hui sont ces facsimilés d’humanité qu’on nous vend dans les magazines people, le héros de jeu vidéo est devenu lisse et ringard au possible, multipliant les clichés à son encontre : L’héroïne aux gros nichons, le bad boy à la barbe naissante ou encore le gros orc à la peau vert pré et aux abdos en mythril… Pire encore, au-delà de toutes considérations esthétiques, les héros perdent peu à peu leur humanité. Les premières victimes dans tout cela, ce sont les protagonistes de FPS, qu’on ne voit pour ainsi dire jamais compte tenu de leur représentation à la première personne. Les Gordon Freeman et autres Cate Archer de naguère ne sont désormais plus que de simples bras tenant un flingue (pour la plupart, dépourvus de jambes d’ailleurs). Et ce n’est sans doute pas avec la propension des éditeurs à nous coller du coop’ et du multi à toutes les sauces que ça va s’arranger. Définitivement, le héros tel qu’on le connaissait est mort et enterré !

Tags : #JeuxVideo

Par Fylodindon, le 17 novembre 2014

 

Pages 1 | 2

Avatar de K.mizol

J’suis pas particulièrement d’accord avec toi, les héros au contraire gagnent dans l’ensemble une personnalité, un passé, une histoire, chose qui n’existait pas il y a quelques années où ils n’étaient que de simple coquilles vide et ce même dans les plus grands FPS (Gordon Freeman en tête, on ne sait rien de lui). Alors certes le syndrome existe toujours dans les jeux les moins aboutis mais il évolue dans pas mal de jeux. Disons que soit c’est l’histoire qui est mieux représentée sans s’enticher d’un héros trop envahissant (The Vanishing of Ethan Carter) soit le héros gagne un historique personnel que l’on découvre dans l’histoire (The Evil Within par exemple). C’est plus ou moins bien fait mais je préfère largement ça à la plupart des jeux d’il y a pas si longtemps où tu n’es qu’une machine (à flinguer, en général) sans passé particulier, dans une histoire quelconque. Nathan Drake par exemple correspond bien aux standards d’antan, il est charismatique, porte la licence sur ses épaules, mais tu sais finalement très peu de choses de lui si ce n’est que Sulli est son mentor et que c’est une véritable machine à se prendre des explosions dans la gueule (et je kiffe Uncharted c’est pas la question).

Effectivement, tout vient de l’écriture, c’est la base.

K.mizol, le 17 novembre 2014 à 12h30
Avatar de Fylodindon

En même temps, ça se saurait si t’étais particulièrement d’accord avec moi. :D

Et de quelles histoires tu parles ? Des histoires copiées/collées sur des visages copiés/collés et des personnalités copiées/collées...

Le jour où Sam Fisher a perdu son charisme par exemple, c’est le jour où Ubisoft a voulu lui coller une histoire, avec la mort de sa fille dont il n’a plus rien eu à foutre au bout de cinq minutes de jeu. D’un coup, il a perdu tout la crédibilité qui était la sienne à l’époque où il n’avait pourtant aucune histoire. Parfois, un mauvais scénario est bien plus dommageable que pas de scénario du tout. Regarde Mario, il n’a pas d’histoire... c’est pourtant une icône incontournable.

Il n’y a rien de pire qu’une histoire mal écrite et c’est malheureusement un leitmotiv chez les éditeurs. Alors oui, il reste des exceptions, encore heureux, mais il n’y a plus vraiment de héros charismatiques.

C’est sûrement du au fait, en dehors d’un déclin de créativité évident, qu’il n’existe plus vraiment de série avec le même héros.
Assassin’s Creed change chaque année, et la seule constante entre les épisodes, Desmond, n’a jamais la même gueule (en plus d’avoir un charisme de bigorneau). Idem pour les Dead Rising, les Bioshock, les Far Cry, ... Même Nathan Drake, qu’on aperçoit dans le prochain épisode pour PS4, ne ressemble plus vraiment à ce qu’il était sur PS3.

La plus grande preuve dans tout ça, ce sont les icônes du jeu vidéo : Ce sont exactement les mêmes qu’il y a 20 ans. Je peux t’en citer plein, les Mario, Sonic, Masterchief, Crash Bandicoot, Lara Croft, Link, Samus, Ken & Ryu, etc. Par contre, parmi les jeux récents, à part Marcus Fenix et à la rigueur Nathan Drake (malgré sa gueule changeante et son plagiat de John McLane), y a pas grand monde.

Fylodindon, le 17 novembre 2014 à 14h13
Avatar de Toma021

En quoi Nathan Drake n’a plus la même gueule ?

Toma021, le 17 novembre 2014 à 14h22
Avatar de Fylodindon

http://www.sowhat-magazine.fr/miste...

http://images.eurogamer.net/2014/us...

(Au passage, Tso, c’est relou que les images ne se resizent pas automatiquement !!!)

Par contre, il a toujours le même t-shirt ! :D

Ah, et je viens de retrouver une héroïne charismatique récente : Lightning, de FFXIII !
D’ailleurs Square l’a bien compris, vu qu’ils ont fait 12 spin-offs de FFXIII. Faut dire que leur dernier personnage mémorable, c’était dans Final Fantasy VII.

Fylodindon, le 17 novembre 2014 à 14h28
Avatar de Frensoa

"Il faut dire que lorsqu’on veut créer un personnage de toutes pièces, la clé de voute, plus encore que le charadesign, c’est l’écriture."

C’est moi ou c’est n’importe quoi cette phrase ?

Tous les exemples de personnages emblématiques que tu donnes n’ont aucune histoire ou presque justement : Mario, Lara Croft, Sonic, Ryu/Ken, etc...

Frensoa, le 17 novembre 2014 à 14h58
Avatar de Fylodindon

Toi t’as jamais vu le film Street Fighter pour oser dire que Ken et Ryu n’ont pas d’histoire ! :D

Et sinon, non... je ne vois pas où est le problème dans ma phrase. Enfin, grammaticalement parlant. Après, t’as le droit de ne pas être d’accord (tu te feras bannir, c’est tout).

Sinon, Lara Croft a une histoire (une jeune fille anglaise de bonne famille qui recherche sa mère disparue blablabla...), une histoire de merde certes, mais une histoire quand même. Enfin du moins, avait une histoire... jusqu’au reboot récent.

Après, on parle de héros qui viennent des années où le jeu vidéo n’avait pas vraiment de scénario... ou si peu. Aujourd’hui, c’est difficilement envisageable de créer un personnage récurrent sans lui écrire une histoire, un passé et une personnalité.

Fylodindon, le 17 novembre 2014 à 15h34
Avatar de Fylodindon

C’est peut-être d’ailleurs pour cela qu’il n’y a plus de personnages récurrents...

Fylodindon, le 17 novembre 2014 à 15h38
Avatar de Toma021

@Fylo : Bah je trouve pas qu’il ait bcp changé Nathan Drake.
(Et Tso c’est relou les photos qui s’ouvrent pas en nouvel onglet. Du coup a chaque fois que j’ouvre une photo je ferme le site apres)

Toma021, le 17 novembre 2014 à 17h55
Avatar de K.mizol

Si, Nathan Drake a vieilli de plusieurs années, mais oui c’est une icône du jeu vidéo au même titre que le Masterchief ou Marcus Fénix. Et on va quand même pas se plaindre que désormais les jeux font un peu plus attention à l’écriture (même si c’est tout nul en général, c’est d’ailleurs pour ça que ça peut ne pas fonctionner, pas à cause du fait qu’on cherche à donner une histoire). Tu oublies aussi les personnages de Resident Evil, Snake de Metal Gear Solid etc.

Y a plus de nouveau Mario et de Sonic parce qu’on est en 2014, qu’ils sont toujours là, et qu’une console n’a plus absolument besoin d’une mascotte pour se vendre parce que les joueurs n’ont plus 8 ans de moyenne d’âge. Il n’empêche qu’on nous créé toujours régulièrement des franchises avec des héros qui reviennent, Uncharted en tête. Pour les Call of Duty et Assassin’s Creed, c’est du à leur rythme de parution : tu ne peux pas te permettre si tu veux que la franchise dure un peu de revenir avec le même héros chaque année, on se lasserait 10 fois plus vite. (Et ça fait depuis AC IV que Desmond n’existe plus).

Sinon y a Ratchet & Clank, Sly the Racoon etc. Ce sont des franchises, avec peu d’histoire, et les mêmes héros, ça existe toujours. C’est juste qu’ils ne sont pas les ambassadeurs d’une console (j’entends mis en avant par le constructeur). Pourquoi ? Be,n parce qu’ils n’en ont plus besoin, les constructeurs. Comme déjà dit. Ils ont besoin de franchises, de jeux, plus de mascotte. Et c’est pas un mal.

K.mizol, le 17 novembre 2014 à 19h28
Avatar de K.mizol

D’ailleurs Clementine du jeu Walking Dead est une véritable icône aussi, en tout cas autant que Cate Archer que tu vantes dans l’article. A savoir une héroïne charismatique connue essentiellement par les gamers.

Je ne comprends pas ton article en fait, enfin le point de vue que tu dégages dedans. Déjà parce qu’en soi, si, il existe encore des héros dans les jeux vidéo, et ensuite parce que je vois pas en quoi c’est un mal qu’il existe une plus grande variété de jeux notamment désormais avec des franchises qui fonctionnent sans héros du tout. En quoi c’est négatif ? C’est juste que le jeu vidéo est vachement plus varié aujourd’hui. Mais y a rien de disparu du tout.

A mon avis ton problème c’est surtout ton âge avancé qui te rend tout simplement nostalgique. :D Fais gaffe, bientôt tu diras des trucs comme "de mon temps" à chaque début de phrase :D

K.mizol, le 17 novembre 2014 à 19h39

Pages 1 | 2


Ajouter un commentaire
Qui êtes-vous ? (optionnel)

Vous pouvez également vous inscrire sur le site pour vous connecter plus facilement.

Liste des raccourcis de mise en forme
Gras : <b>Texte</b>
Italique : <i>Texte</i>
Souligné : <u>Texte</u>
Barré : <strike>Texte</strike>
Code : <code>du code</code>
Image : <photo|lien=url de l'image>
Spoiler : <spoiler|texte=Kaiser Soze c'est Kevin Spacey>
Lien : <lien|lien=url de la page|texte=texte du lien> ou collez juste l'url
Recherche de tags ou mots-clés : <tags|texte=#nomdestags ou des mots à chercher sur le site>
Citation : <quote|auteur=nom de l'auteur cité|texte= texte de la citation>